Alexandre François

Alexandre François

Alexandre François a mené des recherches de terrain sur vingt-deux langues océaniques (austronésiennes) jusque-là non décrites – et souvent en danger – parlées au Vanuatu et aux îles Salomon. Par la rédaction de grammaires, de dictionnaires ou d’études plus spécifiques, il travaille à la description et à l’analyse de ces langues, tant dans leurs dimensions typologiques qu’historiques.

Au-delà de la linguistique, ses projets visent également à documenter la littérature orale, la poésie et la musique de ces communautés, ainsi qu’à soutenir le maintien des langues en danger.

Grâce à un processus de diversification qui s’est étendu sur les trois derniers millénaires, le Vanuatu est devenu le pays avec la plus forte densité linguistique par habitant au monde. Les recherches de François visent à comprendre ce degré extrême de diversité linguistique et culturelle propre à la Mélanésie insulaire, mais aussi à concevoir des concepts et des outils plus généraux qui pourraient aider à explorer la diversité linguistique à travers le monde.

Son affiliation permanente est au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) (Paris), dans le département « LaTTiCe » (Langues, Textes, Traitements informatiques, Cognition). François est également membre de l’Academia Europaea et professeur associé honoraire à l’Université nationale australienne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search