L’amorrite

Initiation à l’étude de la langue amorrite : problèmes et perspectives – Robert Hawley (EPHE-PSL, UMR 8167)

Présentation

« Amorrite » (glottocode : amor1239) est le nom attribué par les chercheurs modernes à une ou plusieurs langues « ouest-sémitiques » documentées surtout pendant le IIe millénaire av. n. è. La nature de cette documentation est curieuse : on ne connait aucun texte rédigé entièrement en langue amorrite. La langue est au contraire bien documentée par l’onomastique (surtout dans les sources cunéiformes du XVIIIe siècle av. n. è., mais aussi dans certaines sources égyptiennes) ; en dehors de l’onomastique, quelques éléments du vocabulaire amorrite apparaissent, en tant qu’emprunts lexicaux, dans les textes babyloniens (surtout dans les archives de Mari, moyen Euphrate).  

Contenu du cours 

24 heures d’enseignement sont prévues, avec un contrôle continu chaque cours et un examen écrit à la fin du cours. L’objectif est qu’à la sortie du cours, les participants aient acquis une familiarité avec les approches et les suppositions méthodologiques particulières qui sont nécessaires pour aborder le « problème » amorrite, une connaissance solide de la bibliographie et d’autres outils pertinents pour les études amorrites, mais aussi et surtout une compréhension fonctionnelle de sa phonologie, de sa morphologie et son de lexique.

L’accès aux sources primaires et à la littérature secondaire sera fourni par un portail donnant accès à une petite bibliothèque numérique des études amorrites sous forme de documents PDF classés par auteur ou éditeur. Plusieurs sources primaires sont aussi disponibles en ligne, à travers plusieurs sites ou projets (dont certains sont en cours d’élaboration).

Parce qu’il n’existe pas de textes rédigés entièrement en amorrite, nous nous concentrerons sur les données onomastiques et sur les emprunts d’origine amorrite, tous les deux se trouvant dans des textes akkadiens pour la plupart (dont une très grande partie vient des archives de Mari), mais aussi dans des textes égyptiens du Nouvel empire. Un volet épigraphique, bien que de niveau débutant, sera intégré : celui-ci est nécessaire dans la mesure où les noms et mots amorrites véhiculés en écriture syllabique cunéiforme ou en hiéroglyphes égyptiens doivent être « décodés » par le chercheur ; des exercices permettront d’introduire les participants à ce défi méthodologique.

Toutes les personnes intéressées sont les bienvenues, mais il est souhaitable que chaque participant possède déjà quelques connaissances ou notions d’au moins une langue ouest-sémitique « classique », telle que l’arabe classique (ou dialectal), l’hébreu biblique (ou plus tardif), une forme de l’araméen (biblique, juif, syriaque, etc.).

Informations pratiques

24 heures de cours, 2h par séance, le jeudi de 17h00 à 19h00.

En présentiel.

Site Raspail.

Premier cours le 27 octobre 2022.

Bibliographie

Synthèses récentes

Viktor GOLINETS, « Amorite », dans Rebecca Hasselbach (éd.), A companion to ancient Near Eastern languages, Hoboken, 2020 (Blackwell companions to the ancient world), p. 185‑201.

Aaron A. BURKE, The Amorites and the Bronze Age Near East: the making of a regional identity, New York, Cambridge University Press, 2021.

Mary E. BUCK, The Amorite dynasty of Ugarit: Historical implications of linguistic and archaeological parallels, Leiden, Brill, 2020 (Harvard Semitic Museum publications, 8).

Problématisations des données « amorrites » : une langue amorrite existait-t-elle ?

Michael Patrick O’CONNOR, « The onomastic evidence for Bronze-Age West Semitic », Journal of the American Oriental Society, 124(3), 2004, p. 439-70.

Ran ZADOK, « On the Amorite Material from Mesopotamia », in M. E. Cohen et al. (eds), The Tablet and the Scroll: Near Eastern Studies in Honor of William W. Hallo, CDL Press, Bethesda, 1993, p. 315-33.

Jean-Marie DURAND, « Réflexions sur un fantôme linguistique » dans C. Mittermayer & S. Ecklin (eds.), Altorientalische Studien zu Ehren von Pascal Attinger (OBO 256), Fribourg, 2012, p. 165-191.

Études qui ont fait date, ou qui restent incontournables

Michael STRECK, Das amurritische Onomastikon der altbabylonischen Zeit, Münster, Ugarit-Verlag, 2000.

Michael STRECK, « Amorite », dans S. Weninger et al. (éd.), The Semitic Languages: An International Handbook, Berlin, 2011 (Handbucher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft 36), p. 452‑459.

E. E. KNUDSEN, « Amorite Grammar: A Comparative Statement », dans A. S. Kaye (ed), Semitic Studies in Honor of Wolf Leslau on the Occasion of His Eighty-Fifth Birthday, vol. 1, Harrassowitz, Wiesbaden, 1991, p. 866-85.

E. E. KNUDSEN, « Amorite vocabulary: a comparative statement », dans J. G. Dercksen (éd.), Assyria and beyond : studies presented to Mogens Trolle Larsen, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, Leiden, 2004, p. 317-31.

Ignace J. GELB, Computer-Aided Analysis of Amorite, University of Chicago Press, Chicago, 1980.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search