Proche-Orient ancien

amorrite : S1 et S2

louvite hiéroglyphique : S2

hébreu biblique : stage intensif

phrygien : S1

Le Proche-Orient se caractérise par un ensemble de traditions écrites sur plus de cinq millénaires, depuis le sumérien, sans doute la langue la plus anciennement mise par écrit. Diverses langues parmi les plus anciennes de la région sont des isolats (sans parenté connue) : ainsi le sumérien, l’élamite ou l’hourrite. De nombreuses autres langues de la région appartiennent à la branche sémitique du phylum afroasiatique, ainsi l’akkadien, l’hébreu ou l’araméen, tandis que le hittite ou le louvite, en Turquie actuelle, appartiennent à la branche anatolienne des langues indo-européennes.

Les langues anciennes sont connues par leurs réalisations écrites, généralement dans des écritures cunéiformes diverses pour les langues plus anciennes (sumérien, akkadien, etc.), généralement dans des écritures dérivées du protosinaïtique pour les langues relativement plus récentes (araméen, hébreu, arabe, etc.). Le Proche-Orient connaît aussi – et c’est là un phénomène majeur dans la région – la notation de langues avec des écritures empruntées à d’autres langues (allographie) : le garshuni désigne ainsi de l’arabe en écriture syriaque.

D’autres langues anciennes éteintes de la région, telles que l’élamite, l’urartéen et les langues anatoliennes, continuent à susciter l’intérêt des chercheurs. Si certaines langues anciennes du Proche-Orient, comme le sumérien, l’akkadien ou le hittite, se sont éteintes au cours de l’histoire, elles ont laissé d’importants corpus écrits ; d’autres, comme l’hébreu, l’araméen, ou l’arabe ont évolué en des variétés de langues anciennes et modernes.

Veuillez également consulter le site web de l’EPHE-PSL pour découvrir plus de cours en langues du Proche-Orient.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search