Océanie

L’Océanie comprend l’Australie, la Nouvelle-Guinée, ainsi que 24 pays et territoires du Pacifique, qui forment les grandes régions de Micronésie, de Mélanésie et de Polynésie. Cette aire géographique est linguistiquement assez remarquable : alors que l’Océanie héberge moins d’1 % de la population mondiale, elle abrite environ 32% des langues de la planète, et 38% de sa diversité phylogénétique (en termes de familles de langues).

L’île de Nouvelle Guinée (15 millions d’habitants) est la région du monde la plus diversifiée linguistiquement, puisqu’elle compte un millier de langues différentes, appartenant à une centaine de phylums distincts. Quant à l’archipel du Vanuatu, avec 138 langues différentes pour seulement 300 000 habitants, c’est le pays qui présente la plus grande densité au monde, en nombre de langues par rapport à sa population.

Du fait de cette extrême densité, la plupart des langues d’Océanie sont sérieusement en danger – n’étant souvent parlées que par quelques milliers de locuteurs, voire quelques centaines seulement.

La famille austronésienne, représentée en Océanie par sa branche dite « océanienne », est géographiquement la plus étendue. Elle compte environ 450 langues, dont les plus connues sont des langues polynésiennes comme le maori, le hawaïen ou le tahitien. En réalité, 90% des langues océaniennes appartiennent aux branches non-polynésiennes de la famille : langues du Vanuatu, des Îles Salomon, de Fidji, langues kanak de Nouvelle-Calédonie, etc.

Les langues aborigènes d’Australie – que l’on appelle « langues australiennes » – étaient, avant la colonisation, au nombre d’environ 300 (entre 250 et 363 langues selon les auteurs). Elles représentent plus de 30 phylums linguistiques, qu’il s’agisse de familles ou d’isolats. Du fait de l’histoire tragique de la colonisation en Australie, la majorité de ces langues a désormais disparu ; seule une douzaine est transmise aujourd’hui aux enfants.

Enfin, l’ensemble linguistique le plus riche de la région Pacifique est constitué par les langues dites « papoues », au nombre d’environ 800. Cet ensemble est concentré géographiquement sur l’île de Nouvelle-Guinée (en particulier dans l’État de la Papouasie–Nouvelle-Guinée). Les langues papoues ne forment pas une famille unifiée, mais un ensemble de 80 à 100 phylums linguistiques bien distincts – dont la répartition exacte reste l’objet de débats scientifique. Les langues papoues descendent des premières populations de Nouvelle-Guinée, présentes dans la région depuis environ 50 000 ans ; ce groupe exclut les langues austronésiennes, lesquelles sont arrivées beaucoup plus récemment, il y a seulement 3 500 ans.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search