Le moyen-géorgien

Initiation au moyen-géorgien – Hélène Gérardin (Inalco, SeDyL)

Informations pratiques

48 heures de cours, 2h par séance, le lundi, de 13h30 à 15h30.
En visioconférence.
Première séance le 25 septembre.

Présentation

Le moyen-géorgien (glottocode non attribué) est l’ancêtre le plus récemment attesté du géorgien moderne, langue officielle de la Géorgie appartenant à la famille kartvélienne (ou caucasique du Sud). Il constitue l’état de langue parlé entre le VIIIe siècle (après le géorgien ancien) et le XIXe siècle (géorgien moderne).

S’il s’agit bien de la même langue, les trois périodes ancienne/moyenne/moderne se démarquent de façon très significative tant par les caractéristiques linguistiques (alphabets différents, changement de type morphologique, importantes variations dans l’ordre des mots, les préverbes, les temps/aspects/modes, etc.) que dans les influences reçues (iranien ancien, puis turco-mongol, puis persan, puis russe) que dans les textes (Bible et hagiographies, puis chroniques historiques, puis littérature moderne).

Le moyen-géorgien se distingue ainsi  du géorgien des autres périodes par des textes caractéristiques : l’épopée fondatrice Le chevalier à la peau de panthère, de Chota Roustavéli, ainsi que des chroniques historiques La vie du Kartli. C’est également lui qui voit naître la cohabitation entre les trois alphabets historiques du géorgien. Sur le plan grammatical, il se distingue également par la refonte totale du système de déclinaison et postpositions, par la disparition de la tmèse, la réorganisation des subjonctifs et futurs. Sur le plan aréal, il se caractérise par une forte influence du persan, due à la domination de l’Empire perse.

Enfin, c’est du moyen-géorgien que sont détachés les parlers d’Ingilo et de Fereydan, parlées aujourd’hui par des descendants de populations déportées par Shah-Abbas au XVIIe siècle.

Contenu du cours

Le cours aborde les principales caractéristiques de la langue (phonologiques, morphologiques, syntaxiques et lexicales), en insistant sur les traits qui distinguent le moyen-géorgien du géorgien ancien et du géorgien moderne. A l’issue de l’année, les participants doivent être capables de saisir le sens global d’un texte simple et d’identifier les morphèmes les plus récurrents. L’enseignement s’appuiera sur des fiches de grammaire composées spécialement pour le cours, ainsi que sur une sélection de textes naturels publiés. La formation se fera donc selon deux composantes : 1) une théorique, lors de laquelle seront donnés les éléments grammaticaux des langues ; 2) une pratique, dans laquelle les participants travailleront de façon autonome à la reconnaissance et l’analyse de ces éléments au sein d’un texte, accompagné au début de l’année de sa traduction. Cette formation peut être aussi bien suivie en licence qu’en master.

Aucun prérequis n’est nécessaire. Des bases de grammaire ou de linguistique sont un atout.

L’ILARA peut vous proposer cette initiation au moyen-géorgien grâce au soutien de Services Funéraires Esoref, l’entreprise de Pompes funèbres spécialiste des rapatriements.

Bibliographie

Brosset, Marie-Félicité, Histoire de la Géorgie depuis l’antiquité jusqu’au XIXe siècle (traduction des Chroniques médiévales à partir du moyen-géorgien), 1856.

Roustavéli, Chota, Le Chevalier à la Peau de panthère, traduction de Serge Tsouladzé, Gallimard, 1964.

Tchoubinoff, David, Dictionnaire géorgien-russe-français, Académie Impériale de Sciences, Saint-Pétersbourg, 1840.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search