Les langues kartvéliennes

Introduction aux langues kartvéliennes (caucasiques du Sud) – Hélène Gérardin (Inalco, SeDyL)

Informations pratiques

48 heures de cours, 2h par séance, le mardi, de 13h00 à 15h00.
En visioconférence.
Première séance le 26 septembre 2023.

Présentation

Les langues kartvéliennes forment avec le géorgien (langue officielle de Géorgie) la famille kartvélienne, aussi appelée caucasique du Sud. Les parlers kartvéliens orientaux qui sont abordés cette année (qui possèdent un glottocode plus spécifique : east2870) se sont séparés linguistiquement (et parfois géographiquement) du moyen-géorgien au XVIIIe siècle. On envisage ainsi de traiter le fereydani, l’ingilo et le groupe dialectal généralement appelé « parlers de la montagne ».

Le fereydani est parlé en Iran, ce qui en fait la seule variante de la famille kartvélienne qui soit sans contact géographique avec les autres. L’ingilo est parlé en Azerbaïdjan et ne présente quasiment pas non plus de contact avec les autres parlers kartvéliens. En ce qui concerne le « groupe de la montagne », il comprend une mosaïque dialectale de parlers conservateurs parlés dans le Nord-Est de la Géorgie, dans une zone montagneuse relativement isolée. On se propose d’étudier en premier lieu le khevsour, mais aussi le pchave, le mokhève, le touche et le mtiulétien. Tous ces parlers sont à tradition orale et très peu documentés. Ils ne sont utilisés que dans les contextes informels, et sont sérieusement menacées par les langues véhiculaires en présence (géorgien, persan, azéri).

Contenu du cours 

Pour chacun des idiomes concernés, seront abordées les principales caractéristiques (phonologiques, morphologiques, syntaxiques et lexicales), en insistant sur les traits originaux et spécifiques à cette famille de langues. A l’issue de l’année, les participants doivent être capables de saisir le sens global d’un texte simple et d’identifier les morphèmes les plus récurrents. L’enseignement s’appuiera sur des fiches de grammaire composées spécialement pour le cours, ainsi que sur une sélection de textes naturels publiés. La formation se fera donc selon deux composantes : 1) une théorique, lors de laquelle seront donnés les éléments grammaticaux des langues ; 2) une pratique, dans laquelle les participants travailleront de façon autonome à la reconnaissance et l’analyse de ces éléments au sein d’un texte, accompagné au début de l’année de sa traduction. La partie pratique comportera également une phase ethnolinguistique, dans laquelle seront discutés les rapports entre les phénomènes linguistiques étudiés et les éléments culturels liés (contes, traditions, arts, rituels religieux, culinaires, vestimentaires etc.).

Public visé : tout public. Aucun prérequis dans les langues en question. Des bases de grammaire ou de linguistique sont un atout.

L’ILARA peut vous proposer cette initiation au langues kartvéliennes grâce au soutien de Services Funéraires Esoref, l’entreprise de Pompes funèbres spécialiste des rapatriements.

Bibliographie

Beridze, Marine & Nadaraia, Davit, projet « Linguistic Project of Georgia » (avec un corpus en ligne : http://mygeorgia.ge/gdc )

Boeder, Winfried, « The South Caucasian languages », Lingua 115(1):5-89, 2005.

Jorbenadze, Besarion, The Kartvelian Languages and Dialects, Tbilissi: Metsniereba, 1991.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search