Mondes turcique, caucasique et iranien

moyen-perse : S1 et S2

arménien classique, niv. 1 et 3 : S1 et S2

géorgien classique, niv. 1 et 3 : S1 et S2

langues kartvéliennes niv. 1 : S1

langues turciques : S1 et S2

svane : stage intensif

vieux-turcique : S1

tabasaran : S2

Cette aire géographique, qui comprend la péninsule d’Anatolie, les montagnes du Caucase, le Haut-plateau arménien et le Plateau iranien et les vallées fertiles de la Transoxiane, est parmi les lieux des premiers établissements humains. En raison de son histoire mouvementée, qui a vu différentes civilisations, états et empires se rencontrer pendant des milliers d’années, cette zone géographique possède aujourd’hui une remarquable richesse culturelle et linguistique.

Plus de la moitié des locuteurs de langues turciques et iraniennes modernes habitent actuellement dans cette aire géographique, y compris ceux du turc, de l’ouzbek et de l’azéri, langues turciques les plus grandes en nombre de locuteurs, ainsi que ceux du persan, une langue à tradition littéraire ininterrompue depuis 2 500 ans.

Dans le Caucase, décrit comme « la montagne des langues » par les anciens voyageurs, plus de 60 langues sont parlées sur une superficie de 400 000 km². La plupart appartiennent à des familles linguistiques que l’on ne trouve qu’ici et, pour des raisons géographiques, ont été historiquement parlées dans un isolement relatif (certains même limités à un seul village), avec très peu de, voire aucune, intercompréhension aujourd’hui. Malgré une telle répartition limitée, la plupart des langues du Caucase sont loin d’être considérées comme menacées. Deux langues de l’aire – le géorgien et l’arménien, tous les deux ayant des systèmes d’écriture uniques – ont des traditions littéraires écrites remontant au Ve siècle de n. è.

D’autres cours sur les langues de l’aire sont proposés dans le cadre des séminaires assurés à l’EPHE-PSL.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search