Asie du Sud

assamais : S1 et S2

sanskrit :
stages intensifs en oct. et fév.

prakrit : S1 et S2

Dotée de la plus forte densité de population au monde, l’Asie du Sud est connue à la fois pour sa richesse linguistique et pour son ancienne tradition littéraire (orale et écrite). Les langues parlées dans cette aire géographique comptent parmi celles ayant le plus grand nombre de locuteurs natifs à l’échelle mondiale. Elles sont réparties dans quatre familles principales.

La plus grande des familles parlées dans le sous-continent indien est indo-européenne, représentée principalement par les langues indo-aryennes, mais comprenant également d’importantes minorités iraniennes et nuristanaises. La famille est présente et dominante dans la région depuis environ trois millénaires. La langue classique est le sanskrit, avec une littérature équivalente en volume à la littérature de l’Antiquité grecque et romaine. La forme la plus ancienne du sanskrit se trouve dans le Rigveda, un recueil d’hymnes sur lequel reposent plusieurs couches de textes religieux et scientifiques ultérieurs.

Les langues appartenant à la famille dravidienne sont présentes sur le sous-continent avant l’arrivée de l’indo-aryen. Possédant également une littérature riche et ancienne, elles étaient probablement autrefois parlées dans toute la région, mais sont aujourd’hui principalement concentrées dans sa partie sud (à l’exception du brahui, parlé dans la région frontalière de l’Afghanistan et du Pakistan). Quatre langues de la famille – le télougou, le tamoul, le kannada et le malayalam – représentent près de 80% de tous les locuteurs de dravidien.

Les langues austroasiatiques, parlées en Inde centrale, loin de leur région d’origine en Asie du Sud-Est, étaient sûrement présentes dans le sous-continent avant l’indo-aryen. Plusieurs d’entre elles sont menacées d’extinction.

Les langues tibéto-birmanes forment une ceinture continue le long des montagnes de l’Himalaya, s’étendant du Cachemire à la baie du Bengale.

L’Asie du Sud a également sa part de langues isolantes, le burushaski, le kusunda et le nihali, ce dernier gravement en danger.

Une telle multitude de langues fait de l’Asie du Sud un trésor de variétés linguistiques à la fois bien établies et rares et continue ainsi d’attirer un vif intérêt des chercheurs et des apprenants.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search