Le mongol classique 2

Mongol classique, niveau 2 Alice Crowther (CRCAO)

Informations pratiques

39 heures de cours, 1h30 par séance, le mercredi, de 10h00 à 11h30.
En mode hybride (présentiel et visioconférence).
Raspail, salle 26 (sauf le 27 mars : salle 20).
Première séance le 8 novembre.

Présentation

Le mongol classique (glottocode non attribué) désigne la langue mongole écrite à partir de la fin du XVIe siècle et jusqu’au début du XXe siècle. Il se distingue du moyen-mongol de l’époque de l’Empire gengiskhanide (XIIIe – XIVe siècles). À la fin du XVIe siècle, les Mongols se convertirent de nouveau au bouddhisme et une « renaissance » culturelle eut lieu sous l’égide d’Altan Khan avec la traduction d’un grand corpus des textes bouddhiques à partir du tibétain. Ces projets de traduction donnèrent lieu à des réformes orthographiques et une standardisation de la langue. Cette période vit aussi des innovations dans l’écriture mongol, notamment la création des lettres galik pour noter avec précision les sons du tibétain et du sanskrit, et la création de « l’écriture claire » (todo bičig) pour noter la langue des Oirat (glottocode : kalm1234).

Contenu du cours

L’objectif est d’approfondir les connaissances de base de la grammaire et du vocabulaire du mongol classique acquises durant le cours d’initiation. Chaque séance s’articulera autour de la lecture guidée d’un extrait d’un texte littéraire ou historique préparé à l’avance par les participants. L’enseignant fournira des glossaires aux participants pour les aider à préparer les textes. Des exercices conçus par l’enseignant seront également donnés aux participants pour renforcer les points de grammaire. Au deuxième semestre, six séances seront consacrées à une initiation à l’écriture todo bičig des Oirat et à la lecture d’extraits de la version oirat du Siditü kegür (« Le cadavre ensorcelé ») dont des extraits en mongol classique standard ont déjà été lus dans le cadre du cours d’initiation.

Le mongol classique était avant tout une langue codifiée et standardisée afin de traduire et transmettre des textes bouddhiques, et son apprentissage concernera tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du bouddhisme et de ses diverses manifestations dans différentes régions de l’Asie. En même temps qu’une introduction à la langue, la formation s’efforcera de situer les textes dans leur contexte historique et offrira ainsi de nouvelles perspectives à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Empire mongol.

Prérequis : avoir suivi le cours « Initiation au mongol classique » dispensé à l’ILARA, ou niveau équivalent.

Bibliographie

Méthodes :

John R. Krueger. Supplementary texts in Mongolian Script for First-Year Readings, Bloomington, Indiana : The Mongolia Society. The Mongolia Society Special Papers. Issue Four, 1965.

John R. Krueger. Thirteen Kalmyk-Oirat Tales from the Bewitched Corpse Cycle. Text, glossary, translation, Bloomington, Indiana : The Mongolia Society. The Mongolia Society Special Papers. Issue Seven, 1978.

Grammaire :

Nicholas Poppe. Grammar of Written Mongolian, Wiesbaden : Harrassowitz, 2009 [1954].

Dictionnaires :

Joseph Étienne Kowaleski. Dictionnaire mongol-russe-français, Kazan : Imprimerie de l’Université, 1844-1849. 3 vol.

Dictionnaires en ligne et base de données textuelles de l’Université Tohoku Gakuin.

Contexte historique :

György Kara (trad. John R. Krueger). Books of the Mongolian Nomads: More than Eight Centuries of Writing Mongolian, Bloomington : Indiana University, Research Institute for Inner Asian Studies, 2005.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search