Le mongol classique

Le mongol classique Alice Crowther (EPHE-PSL, CRCAO)

Présentation

Le mongol classique (glottocode non attribué) désigne la langue mongole écrite à partir de la fin du XVIe siècle et jusqu’au début du 20e siècle. Il se distingue du moyen mongol de l’époque de l’Empire gengiskhanide (XIIIe – XIVe siècles). Suite à la chute de cet Empire, les textes en mongol datant du XVe ou de la première moitié du XVIe siècles se font rarissimes. Or, à la fin du XVIe siècle, les Mongols se convertirent de nouveau au bouddhisme et une « renaissance » culturelle eut lieu sous l’égide d’Altan Khan avec la traduction d’un grand corpus des textes bouddhiques à partir du tibétain. Ces projets de traduction donnèrent lieu à des réformes orthographiques et une standardisation de la langue. Une nouvelle langue écrite – le « mongol classique » – émergea et cette langue fut utilisée comme un koiné scientifique par des locuteurs de divers dialectes mongoles, véhiculant des écrits religieux, littéraires, administratifs, ou scientifiques jusqu’aux débuts de la période républicaine.

Contenu du cours

L’objectif est d’initier les participants à l’écriture et à la grammaire du mongol classique, de sorte qu’à la fin de la formation ils soient en mesure d’aborder seuls à l’aide d’un dictionnaire la lecture d’un texte. En même temps, les extraits choisis pour la lecture guidée donneront un aperçu du contexte historique et religieux des Mongols durant une période (XVIe – début XXe siècle) mouvementée d’essor bouddhisque ainsi que des recompositions des pouvoirs dans les steppes.

Le cours commencera par une présentation du système phonologique du mongol classique, et un entraînement à l’écriture dite « ouighoure » utilisée pour le mongol classique. Les séances suivantes présenteront de façon systématique la grammaire du mongol classique : l’harmonie vocalique, les pronoms et les numéraux, le nom et ses marqueurs de cas, le verbe (formes finales, converbes), les adjectifs et adverbes, la morphologie, les conjonctions, les particules finales modales. Des exercices préparés par l’enseignant ou adaptés du manuel de Grønbech et Krueger (voir Bibliographie) seront fournis aux participants pour renforcer leur apprentissage du grammaire. A partir de la sixième séance, le cours abordera la lecture d’extraits de textes qui seront tirés du Erdeni Tunumal Sudur (« Sutra du joyau translucent », 1607), une chronique de la vie d’Altan Khan et ses descendants, et du cycle des contes Siditü kegür (« Le cadavre ensorcelé »). Au fur et à mesure de la lecture guidée, des points de grammaire seront élucidés, et les participants apprendront à s’orienter dans les dictionnaires et manuels de référence qui leur permettront plus tard une lecture indépendante.

Tous publics, pas de prérequis, niveau débutant.

Informations pratiques

28 heures de cours, 2h par séance, le mercredi de 10h00 à 12h00.

En mode hybride (présentiel et visioconférence).

Site Raspail.

Premier cours le 15 février 2023.

Bibliographie

Méthodes :

Kaare Grønbech et John R. Krueger. An Introduction to Classical (Literary) Mongolian, Wiesbaden : Harrassowitz, 1993 [1976].

Igor de Rachewiltz et Volker Rybatzki. Introduction to Altaic Philology, Leiden : Brill, 2010 (chapitre 2 « Mongolian », p. 136-254).

Grammaire :

Nicholas Poppe. Grammar of Written Mongolian, Wiesbaden : Harrassowitz, 2009 [1954].

Dictionnaires :

Joseph Étienne Kowaleski. Dictionnaire mongol-russe-français, Kazan : Imprimerie de l’Université, 1844-1849. 3 vol.

Dictionnaires en ligne et base de données textuelles de l’Université Tohoku Gakuin.

Contexte historique :

György Kara (trad. John R. Krueger). Books of the Mongolian Nomads: More than Eight Centuries of Writing Mongolian, Bloomington : Indiana University, Research Institute for Inner Asian Studies, 2005.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search