Le maya classique

Initiation au maya classique Jean-Michel Hoppan (CNRS, SeDyL)

Présentation

Les langues mayanes (glottocode : maya1287) constituent une famille de langues qui, à l’exception de la langue teenek (parlée dans la région dite de la Huasteca, aux confins des États mexicains de San Luis Potosí et Veracruz), forment traditionnellement un continuum géographique dans le nord‐ouest de l’Amérique centrale, s’étendant sur les États mexicains de Campeche, Chiapas, Quintana Roo, Tabasco et Yucatán, le Guatemala, le Belize ainsi qu’une partie de l’ouest du Honduras, autour de l’ancienne cité de Copán.

Le maya classique est la forme qu’a prise aux environs du IIIe siècle, pour son adaptation à la langue parlée dans le nord du Guatemala (dont l’héritière la plus directe est l’actuelle langue chorti), la langue écrite qui allait devenir une koinè utilisée sur l’ensemble du territoire dans lequel s’est épanouie la culture maya classique, jusqu’au IXe siècle. De cette époque nous sont parvenus plusieurs milliers de textes gravés dans la pierre des anciens monuments ou (plus rarement) peints ou modelés sur les murs couverts d’enduit, ou bien encore peints ou incisés sur de nombreux objets mobiles dont le type le plus fréquent est les céramiques d’apparat utilisées par les élites.

Contenu du cours 

L’objectif de cet enseignement d’initiation au maya classique est que tous les participants intéressés par l’épigraphie et les langues amérindiennes puissent acquérir au terme d’une année les bases suffisantes pour parvenir à lire les textes en maya classique les plus simples et les mieux déchiffrés, et connaître les méthodes nécessaires pour aborder les documents plus difficiles (afin d’au moins en saisir le sens général).

Après une introduction sur les divers types de documents qui nous sont parvenus, l’enseignement débute par une présentation du système scriptural maya de l’époque précolombienne tel que nous le comprenons aujourd’hui. Cela consiste d’une part en une approche du lexique de la langue classique à travers les quelques centaines de logogrammes actuellement déchiffrés et, d’autre part, en l’apprentissage de la liste d’environ 150 phonogrammes actuellement connus pour noter une grande partie de la centaine de syllabes utilisées dans la langue. Sur ces premières bases sont abordés le fonctionnement des glyphes de compte (numération et calendrier, qui représentent une part importante des écrits mayas glyphiques), celui des glyphes onomastiques (théonymes, anthroponymes et toponymes, qui constituent l’autre grande catégorie de glyphes mayas) ainsi que les bases de la grammaire.

À l’aide de projections PowerPoint avec distribution par courriels d’exempliers numériques, l’enseignement débute par la diffusion des documents évoqués précédemment, puis (en passant aux trois approches mentionnées en fin de paragraphe précédent) par l’analyse de documents ou extraits de documents tirés de mon corpus numérisé d’inscriptions mayas et choisis pour leur clarté ainsi que leur représentativité par rapport au contenu du cours. Un exercice sur une inscription illustrant ce qui a été vu à chaque cours est donné à faire pour la fois d’après et corrigé ensemble en début de cours suivant.

Tous publics, niveau débutant. Des connaissances élémentaires sur quelques langues mayanes actuelles sont toutefois conseillées.

Informations pratiques

30 heures de cours, 2h par séance, une semaine sur deux, le lundi de 17h00 à 19h00.

En mode hybride (présentiel et visioconférence).

Site Raspail.

Premier cours le 21 novembre.

Bibliographie

Dictionnaires :

Manuel des conférences annuelles de l’association de mayanistes européens Wayeb

ainsi que :

Arzápalo Marín, Ramón, Calepino de Motul. Diccionario Maya-Español, Mexico, Centro de Estudios Mayas, Universidad Nacional Autónoma de México, 1995.

Aulie, H. Wilbur & Evelyn W. de Aulie, Diccionario ch’ol-español, español-ch’ol, Serie de Vocabularios y Diccionarios Indígenas n° 21 éd. Mariano Silva y Aceves, Mexico, Instituto Lingüístico de Verano, 1978.

Coe, Michael D., Breaking the Maya Code, Revised Edition, Londres (et New York), Thames & Hudson, 1999.

Coe, Michael D. & Marc Van Stone, Reading the Maya Glyphs, Londres (et New York), Thames & Hudson, 2001.

Davoust, Michel, L’écriture Maya et son déchiffrement, Paris, CNRS Éditions, 1995.

Dienhart, John M., The Mayan Languages: A Comparative Vocabulary, Odense (Danemark), Odense University Press, 1989.

Hoppan, Jean-Michel, Parlons maya classique. Déchiffrement de l’écriture glyphique (Mexique, Guatemala, Belize, Honduras), Paris, L’Harmattan, 2014.

Keller, Kathryn C. & Plácido Luciano G., Diccionario chontal de Tabasco, Serie de Vocabularios y Diccionarios Indígenas n° 36 éd. Mariano Silva y Aceves, Mexico, Instituto Lingüístico de Verano, 1997.

Macri, Martha J. & Matthew G. Looper, The New Catalog of Maya Hieroglyphs, Vol.1 – The Classic Period Inscriptions, Norman, University of Oklahoma Press, 2003.

Macri, Martha J. & Gabrielle Vail, The New Catalog of Maya Hieroglyphs, Vol.2 – The Codical Texts, Norman, University of Oklahoma Press, 2009.

Morley, Sylvanus Griswold, An Introduction to the Study of The Maya Hieroglyphs, New York, Dover Publications, Inc, 1975 [1915].

Slocum, Mariana C. & Florencia L. Gerdel, Vocabulario tzeltal de Bachajon castellano-tzeltal, tzeltal-castellano, Serie de Vocabularios y Diccionarios Indígenas n° 13 éd. Mariano Silva y Aceves, Mexico, Instituto Lingüístico de Verano, 1971.

Thompson, J. Eric S.,  A Catalog of Maya Hieroglyphs, Norman, University of Oklahoma Press, 1962.

Wisdom, Charles, Materials on the Chorti Language, Microfilm Collection of Manuscripts on Cultural Anthropology, 28, Chicago, University of Chicago Library, 1950.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search