Écosystèmes et langues rares – Climat

Les langues nénètses, une culture contre le dérèglement climatique (Russie)

Fête des Nénètses, Delta de Pechora, région autonome des Nénètses, Russie, 2013.
© GRID-Arendal / CC BY-NC-SA 2.0

Les langues nénètses sont un groupe de langues étroitement liées, parlées dans le nord de la Russie par le peuple nénètse. Ces langues sont divisées en deux groupes avec d’un côté le nénètse de la toundra, qui compte 30 000 à 40 000 locuteurs et est parlé dans une zone s’étendant de la péninsule de Kanin au fleuve Yenisei, et le nénètse des forêts, parlé par 1 000 à 1 500 personnes dans la zone située autour des rivières Agan, Pur, Lyamin et Nadym. Ces deux groupes sont communément considérés comme étant deux dialectes d’une même langue, cependant ceux-ci sont assez différents et l’intelligibilité mutuelle est faible.

Les langues nénètses sont classées dans la famille des langues ouraliennes, à laquelle appartiennent certaines langues nationales parlées en Europe, à savoir le finnois, l’estonien et le hongrois, en plus d’autres langues minoritaires parlées en Russie. Les deux langues nénètses ont été fortement influencées par le russe. Le nénètse de la toundra a, dans une moindre mesure, été influencé par le komi et le khanty du nord. Le nénètse des forêts a quant à lui été influencé par le khanty de l’est. Le nénètse de la toundra est bien documenté depuis les années 1930, tandis que le nénètse des forêts a été documenté pour la première fois dans les années 1990.

Le mot « parka », qui désigne la longue veste à capuche nénètse traditionnelle faite de peaux et parfois de fourrure, a été diffusé internationalement et est aujourd’hui utilisé dans de nombreuses langues. Cette parka symbolise le lien existant entre leur culture traditionnelle et artisanale qui a créé et optimisé sa confection, et le climat rigoureux du nord de la Russie qui exige un habit préservant la chaleur corporelle, nécessaire dans une culture nomade dont les activités quotidiennes se déroulent principalement à l’extérieur.

Les dommages environnementaux causés aux Nénètses sont importants en raison de l’industrialisation de leurs terres, de la colonisation et du changement climatique. Les Nénètses dépendent fortement de la pêche et de l’élevage de rennes. Cependant, ces pratiques sont tributaires de l’environnement qui est menacé par l’industrie pétrolière.

En Russie, le gouvernement ne reconnaît pas officiellement le dérèglement climatique. Cependant, les Nénètses ont bien constaté des changements. Les tempêtes de neige sont plus fréquentes et la neige met plus de temps à disparaître, même si globalement les hivers sont plus doux. Cela a un impact négatif sur les Nénètses puisque si les rennes mettent bas alors qu’il y a encore de la neige, les petits meurent, et sans les rennes, les Nénètses n’existent plus. Les bois se vendent pour leurs vertus médicamenteuses, des vêtements sont confectionnés dans les peaux, la viande est consommée encore chaude alors que la bête vient d’être étranglée, ou servie en ragoût.

Depuis quelques années, de brusques vagues de froid viennent perturber la douceur du printemps sibérien. Le gel tue la mousse et le lichen, à peine sortis de terre, dont se nourrissent les rennes. Ce phénomène modifie le rythme de leur transhumance, obligeant les Nénètses à trouver de nouvelles terres sur des espaces de plus en plus petits sous la menace du surpâturage. Avec la fonte du permafrost, l’eau s’infiltre dans la terre, provoque des éboulements et des inondations. Des lacs, riches en poissons, percent la toundra de part en part et disparaissent tandis que d’autres, stériles, apparaissent. Dans certaines régions de l’Arctique, les températures moyennes ont augmenté de 4°C. L’été, quand la terre dégèle, la glace contenue dans le permafrost fond et les gaz qu’elle contient remontent dans l’air. Cela dégage notamment du méthane, vingt-trois fois plus toxique que le carbone. C’est un processus naturel dû aux réactions chimiques produites par les matières organiques présentes dans la terre gelée. Mais si les cycles s’accélèrent, notamment sous l’effet de l’activité humaine, la ­surface des sols baisse, créant ainsi une bombe à retardement.

Bien que l’attachement des Nénètses à leur culture nomade traditionnelle soit très fort, l’industrialisation et le dérèglement climatique, dont les conséquences sont visibles à court terme, poussent les nouvelles générations à partir de ces terres, à se séparer de leur culture et à ne plus parler leur langue, au profit du russe, langue majoritaire dans les villes.

Découvrir les langues nénètses :

Vidéo : La vie quotidienne des femmes autochtones Nénètses dans l’Arctique sibérien – Greenpeace International.

Bibliographie :

AMELINA, Maria. « Nenets outerwear: parka and sovik ». Ural-Altaic Studies, n°3, 2013. p. 7-23.

NIKOLAEVA, Irina. Tundra Nenets texts. Endangered Languages Archive, 2010.

« Nénètses de la Toundra », Endangered Languages Project.

BULGAKOVA, Tatiana. « Climate Change, Vulnerability and Adaptation Among Nenets Reindeer Herders », Community Adaptation and Vulnerability in Arctic Regions. 2010.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search