Cultures : les Awiakay et les Meakambut de Papouasie-Nouvelle-Guinée, par Darja Hoenigman

Un nouvel événement sur notre chaîne, dans la série ILARA Cultures : regardez le documentaire sur Vimeo, à tout moment jusqu’au 14 avril – et préparez vos questions à Darja Hoenigman, anthropologue et cinéaste. Elle y répondra en LIVE sur notre chaîne YouTube, le 14 avril à 10h (UTC+2).

Inscrivez-vous sur EventBrite, vous recevrez les codes d’accès et des informations sur l’événement.

Les Awiakay sont une communauté largement endogame de près de 400 personnes vivant dans le village de Kanjimei dans la forêt pluviale des basses terres de la plaine inondable du sud de Sepik en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ils vivent principalement du sagou, de la chasse, de la pêche et de la cueillette, tandis que le jardinage est d’une importance mineure. Les gens ont tendance à passer de longues périodes dans leurs camps de brousse, qui sont dispersés sur tout leur territoire. Leur langue, l’Awiakay, est une langue papoue appartenant à une petite famille Arafundi. Tous les enfants apprennent l’Awiakay, mais tout le monde parle aussi couramment le Tok Pisin, qui est la lingua franca de la région.

Les voisins du sud des Awiakay, les Meakambut, sont un groupe de pas plus de 62 individus. Contrairement à leurs voisins, ils n’ont pas d’établissement permanent, mais se déplacent entre les camps et les abris sous roche dans leur territoire montagneux calcaire où ils chassent les cochons sauvages et d’autres animaux et transforment le sagou pour leur aliment de base quotidien. La langue Meakambut, appartenant à la famille Arafundi, reste vitale malgré les pressions croissantes pour un changement de mode de vie et une quantité croissante de Tok Pisin parlé dans les communautés voisines.

L’auteure

Darja Hoenigman est anthropologue linguistique et chargée de cours en Tok Pisin à l’Université nationale australienne (ANU). Sa thèse de doctorat « The talk goes manyways » : Registers of language and modes of performance in Kanjimei, East Sepik Province, Papouasie-Nouvelle-Guinée (ANU 2015) est une étude des différentes manières dont les Awiakay utilisent leur langue dans différentes situations sociales.

Les recherches linguistiques et anthropologiques en cours de Darja avec les communautés Awiakay et Meakambut de la province de Sepik oriental en Papouasie-Nouvelle-Guinée se concentrent sur le lien entre la continuité et le changement tel qu’il est perçu – et auquel il répond – par les membres de ces deux petites sociétés en face-à-face. La méthodologie de Darja combine les méthodes de terrain ethnographiques et linguistiques conventionnelles avec celles du cinéma ethnographique.

Les recherches de Darja parmi les Awiakay et les Meakambut ont été soutenues par le programme de documentation sur les langues en danger (subventions ELDP IGS0162 et IPF0221). Entre 2018 et 2020, Darja a rejoint l’équipe de recherche du projet ETHnoS financé par l’ANR (ANR 16-CE27-0005-01).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search