Cultures : Interview de Marie Lorin, réalisatrice de « Keɗoɗaa maayo / Écoute le fleuve »

Lancement de la nouvelle série en ligne « Cultures » : l’ILARA vous invite dès maintenant à regarder le film Keɗoɗaa maayo / Écoute le fleuve.
L’interview en live sur notre chaîne YouTube de Marie Lorin, réalisatrice, aura lieu le jeudi 31 mars, 21h (UTC+2).

Inscription sur Eventbrite.

Le fleuve Sénégal est la source commune d’un espace géographique, humain, culturel et linguistique unifié : le Foûta Tôro. Dans cette société hiérarchisée, composée de locuteurs du poulâr (pulaar), variante dialectale du peul, une catégorie socio-professionnelle est particulièrement proche du fleuve : la communauté des Soubalbés (sg. cuballo, pl. subalɓe)

Liés à l’eau et à la pratique de la pêche, les soubalbés font partie de la catégorie des hommes dits « libres » dans une société foûtankée qui voit sa population se répartir en trois groupes distincts : les familles dites « nobles » (pl. rimɓe, sg. dimo), car détentrices de l’autorité, les artisans (pl. nyeenyɓe, sg. nyeenyo), les descendants d’esclaves (pl. maccuɓe, sg. maccuɗo).

Les soubalbés sont définis par leur rapport à l’eau. Pêcheurs, ils ont longtemps fourni à la population du Foûta le poisson consommé lors des repas. Mais leur rôle ne s’arrête pas là, ils sont chargés d’assurer la sécurité sur les rives du fleuve. C’est pourquoi, ils sont aussi chasseurs, traquant et parfois tuant les animaux aquatiques tels que les crocodiles ou les hippopotames qui auparavant provoquaient de gros dégâts humains sur les bords du fleuve. Ce rôle de protection est bilatéral : ils sont chargés de protéger les hommes du fleuve et inversement. Le pékâne (pekaan) est une poésie chantée a capella propre aux Soubalbés. Cette poésie encore très dynamique au Foûta Tôro est déclamée lors de diverses festivités. Elle est composée en grande partie de longs passages descriptifs appelés jaraale qui narrent l’itinéraire des poètes au bord du fleuve Sénégal. Ils passent en revue les lieux parcourus, les personnes rencontrées, les histoires entendues, faisant ainsi de cette poésie une véritable cartographie sensible du fleuve Sénégal et de son bassin versant. En effet, si cette poésie évoque le fleuve, elle décrit aussi les terres attenantes, avec ses reliefs et réseaux fluviaux, ses mares, etc. Elle propose ainsi une terminologie extrêmement variée et précise des différentes formes géomorphologiques mais aussi des processus hydrologiques et des usages.

Le Film

Keɗoɗaa maayo / Écoute le fleuve fait entendre les voix singulières et poétiques qui se déploient au bord du fleuve Sénégal. Face aux bouleversements majeurs advenus dans le Bassin Versant du fleuve Sénégal : transformation du fleuve en frontière, construction de barrages, changements environnementaux, développement agricole; les Soubalbés, pêcheurs et maîtres des eaux, tentent de conserver un mode de vie où le fleuve Sénégal n’est pas une simple ressource à exploiter mais aussi un monde où les relations se tissent, où le fleuve parle et où la poésie porte les savoirs liés à l’expérience d’une vie au bord du fleuve. Ibrahima Maal, Diâltâbé de Podor, responsable des pêcheurs, nous fait découvrir les changements advenus mais aussi les capacités de résilience et de résistance de ce peuple de l’eau.

L’auteure

Marie Lorin est docteure en littérature orale. Elle a soutenu en 2015 une thèse intitulée « a poésie orale peule des pêcheurs de la vallée du Fleuve Sénégal (Pékâne) : approche géopoétique ».

Dans la continuité de son travail de recherche, elle monte ensuite, avec Mélanie Bourlet, maîtresse de conférences à l’INALCO, EcoSen, un projet ANR pleinement ancré dans le champ émergent de l’écopoétique, une discipline qui étudie les rapports entre conscience environnementale et littérature.

En 2019, accompagnée de Frank Guillemain (cinéaste), elle retourne dans le département de Podor, à la limite entre Sénégal et Mauritanie, pour filmer le rapport des Soubalbés au fleuve, à travers le pekaan.

Le documentaire vient de sortir, et est actuellement présenté auprès de divers festivals, après avoir été projeté en avant-première à Podor en présence des Soubalbés qui en sont les acteurs principaux, et les collaborateurs.

Pour en savoir plus : Marie Lorin, « Les mots en crue : poésie et écologie dans le bassin versant du fleuve Sénégal », Cahiers de Littérature Orale n°87, 2020.

Informations pratiques

Vous aurez dès maintenant (et pendant 2 semaines) accès au documentaire en allant sur le site Vimeo :

  • accès au lien Vimeo et au mot de passe après inscription à l’Eventbrite
  • accès jusqu’au jeudi 31 mars à 21h (UTC+2), date de l’interview de Marie Lorin

Préparez vos questions, Marie Lorin y répondra en direct sur notre chaîne YouTube. Vous recevrez le lien menant à l’interview quelques jours avant le LIVE.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search