L’organisation du vocabulaire de l’institution de l’esclavage en romani ćhib

Fragment d'un acte de donation du plus grand nombre de Tsiganes donnés comme esclaves à un monastère en Principautés danubiennes (copie du XVIIe siècle d'après l'acte original de 1388, ANIC, ms. 209, 25v)

par Julieta Rotaru

Bien que reconnu notamment par l’historiographie française du XIXe siècle comme une forme de privation de liberté sociale des « derniers esclaves en plein cœur de l’Europe » (Regnault 1855 : 329), l’esclavage des Roms n’est pas ancré dans la grande recherche des études sur l’esclavage. On ne trouve pas de chapitre s’y référant dans The Historical Encyclopaedia of World Slavery (1997), le Dictionnaire des esclavages (2010), Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée (2021) etc. Le problème fondamental est l’absence d’une définition cohérente de l’esclavage des Roms, couvert par le terme roumain robia, traduit librement comme « esclavage ».

Il est presque unanimement admis que l’esclavage des Roms n’est pas suffisamment étudié, mais l’historiographie, pour autant qu’elle soit, s’accorde unanimement sur un seul fait, à savoir que les Roms n’avaient le statut d’esclaves que dans les Principautés danubiennes (la Valachie et la Moldavie). En l’absence d’études lexicologiques diachroniques, on peut conclure cum grano salis que les dialectes romani parlés en dehors de la Roumanie traduisent l’inexistence de l’institution de l’esclavage des Roms dans ces régions.

Les dialectes romani actuels n’ont pas de mots hérités pour désigner « esclave » ou « esclavage » : ils ne disposent que de termes issus des langues de contact et notamment du roumain à travers le slave1 : robija /robija/ (féminin), ropstvos (masculin), ou des néologismes comme sklavipe (masculin). L’étymon indo-aryen dās- (en védique dās- vient à désigner une classe de population non aryenne, probablement autochtone, « asservie »)2 apparaît dans un ethnonyme trouvé chez les Roms des Balkans, das (m.), dasni (f.), qui désigne

  1. « un non-Rom, plus précisément, un individu de la population environnante, un Serbe (en bugurdži, en džambazi macédonien, en kalderash et en gurbet sremski) ou un Croate (en gurbet et en veršend) ou même un Bulgare (en erli de Sofia) » ;
  2. « chrétien » (dans tous les dialectes cités et dans d’autres qui ne connaissent que cette sémantique, cf. dasipe « christianisme »).

Il existe également des Roms qui ont conservé aussi dans leur langue le sens « esclave » après leur départ de l’Inde, notamment dans les mots dasi « domestique » (en romani de Crimée) et dešniben (m.) « servitude » (en romani du pays de Galles)3. Nous pouvons supposer qu’une fois arrivés dans les Balkans, les Roms indiens ont traduit le mot « slave » (probablement dérivé ou confondu avec le byzantin sklavenos « esclave » depuis 1136, v. Kłosowska 2020 : 185-186) dans leur propre langue comme das « esclave », ce sens s’étendant ensuite à celui de « chrétien », car les Slaves de cette époque étaient déjà chrétiens.

Les mots rob et robija sont aussi des néologismes entrés dans la langue des Roms des Principautés danubiennes, probablement avec les idées de l’abolitionnisme français. De tels lemmes ne sont en effet présents dans aucun dictionnaire ou grammaire, si ce n’est celui de l’abolitionniste français naturalisé roumain J. A. Vaillant (1868 : 121) : rob « esclave, patient, résigné » et robim « je patiente ». Un autre abolitionniste, historien roumain et ami de Vaillant, compose un poème exalté en romani sur l’émancipation des Tsiganes. Cette pièce représente un effort d’interprétation en romani par un locuteur non natif. Le résultat est un « espéranto » romani du XIXe siècle dans lequel le traducteur tente de lexicaliser des mots inexistants en romani comme « émancipation », « esclavage », « souverain » etc. : Iubizov sare gajo/ Te robiea pagherdes/…. Htagar gajo cherdes4 ‘Aimez tous les Roumains/ Qu’ils ont brisé l’esclavage/… Le souverain roumain l’a fait.’ (Istrati 1855 : 128).

Un autre intellectuel abolitionniste, roumain d’éducation française, ne rapporte aucun mot faisant allusion à l’esclavage en dehors de la locution o drom le çiorengoro /o drom le ʧoreɳgoro/ calquée d’après le roumain drumul robilor « le chemin des esclaves » i.e. « la voie lactée », dans lequel ćořengoro /ʧoʀeɳgoro/ « des pauvres » ou ćorengoro /ʧoreɳgoro/ « des voleurs » (en fonction de l’orthographe adoptée), lexicalise le mot roumain rob (Rotaru, Tirard et Šapoval 2022 : sub voce).

Le mot rob est attesté pour la première fois en Valachie avec le sens d’ « esclave » dans un document slave de 1406, dans lequel le tsar serbe Stefan Lazarević répertorie les « esclaves achetés avec de l’argent » parmi les personnes indésirables dans son royaume. Le document ne précise pas si ces esclaves sont des Tsiganes (appellation sous laquelle les Roms apparaissent dans les documents officiels dès leur première attestation sur le territoire de la Valachie en XIVe siècle). L’expression roumaine rob al lui Dumnezeu « esclave de Dieu » pour rendre « serviteur de Dieu » dans les traductions de la Bible et le terme rob « esclave » sont utilisés en Valachie entre le XIVe et le XVIIe siècle uniquement pour traduire les notions de dévotion, de prisonnier de guerre et d’enlevés.

Les documents ne mentionnent pas spécifiquement que les Roms ont été faits prisonniers de guerre ou enlevés, et il est peu probable que cela se soit réellement produit, tant qu’ils ne pouvaient pas se permettre leur rachat. L’institution de l’esclavage (en roumain robia) est attestée pour la première fois dans un document publié en 1445 en Moldavie faisant référence à un Tatar et à sa famille. En Valachie, les termes rob/robie signifiant « esclave/esclavage » sont utilisés 300 ans plus tard (Rotaru et Gaunt 2023 : 93-107).

Sur le plan géopolitique, les Principautés danubiennes sont au carrefour des civilisations chrétienne et musulmane, de l’Occident catholique et de la Byzance orthodoxe, un espace de synthèse de plusieurs institutions politiques, économiques et sociales reprises ou transposées. Robia peut représenter une synthèse locale qui est différente de l’esclavage induit par le péché enseigné dans la Bible et différente de l’esclavage romain du passé des Principautés, qui se traduit par de nombreuses restrictions à la liberté sociale allant du servage et de l’esclavage à la paysannerie asservie, aux « Tsiganes » en tant que rob esclaves.

Une étude récente de démographie historique démontre qu’à peine 20 ans avant la Libération, 98 % des Roms étaient recensés, en Valachie, avec le statut de rob et que la majorité vivait dans une plus grande précarité que la population environnante, même pour le niveau de vie très bas de la Principauté (Gaunt et Rotaru 2021).

Les quelques documents en langue romani dont nous disposons dans l’espace géographique roumain (y compris la Transylvanie) ne permettent pas d’analyser les institutions des Roms ainsi que l’esclavage. Les formes de privation de liberté, comme l’incarcération suite à une condamnation judiciaire, sont traduites par des lemmes tels que : phandel « attacher », phandado « attaché », phandaimo « prison, lit. contraignant ». Les allusions à l’arbitraire de l’Etat et aux abus en justice apparaissent très souvent dans les chansons tsiganes, notamment dans une ballade sur un jeune couple marié Masha et Armanka (Rotaru 2016 : 3-6), dans laquelle le marié est emprisonné abusivement, et la mariée, lors d’une visite en prison, le fait s’évader en travesti avec ses vêtements. La mariée fait preuve d’une grande subtilité, argumentation et bilinguisme, car elle demandera le lendemain à être libérée, étant donné que la sentence n’était pas à son nom. Les robs furent alors traduits en justice et l’État tenta de sauver l’apparence d’un procès.

Un linguiste et militant rom fait état, dans les communautés Kalderash des États-Unis, communautés historiques arrivées au XIXe siècle, du mot o robija avec le sens de « prison » (Hancock 1995 : 151). Ce rom érudit, perplexe face à la pauvreté de sources documentaires sur l’esclavage des Roms (évident pour lui comme la vérité cachée sous nos yeux), est également responsable de la création et de la diffusion de la célèbre affiche de vente d’esclaves tsiganes en Valachie de 1852 (Hancock 1987, voir photo) « qui a été citée à plusieurs reprises comme preuve historique ou comme illustration dans des dizaines de livres et des centaines (voire des milliers) de sites Web et publications dans les médias » (Marushiakova et Popov 2021), alors qu’il a été prouvé qu’il s’agissait d’un faux (Ungureanu s.d.).

Affiche de vente d’esclaves tsiganes en Valachie, 8 mai 1852. Source : Ian Hancock, The Pariah Syndrome, 1987, reproduite dans Patrin.

Notes

1 Pour l’évolution sémantique du vocabulaire de l’esclavage et de la servitude dans les Principautés danubiennes, voir le chapitre « Considerations on the Terminology of Slavery, rob and țigan » (Rotaru et Gaunt 2023 : 93-107).

2 Pour un résumé des étymologies proposées et une nouvelle étymologie avancée, voir Parpola (2012).

3 Pour toutes ces entrées, voir ROMLEX lexical database.

4 En transcription phonétique : /jubizov sare gaʒo te robija pagerdes thagar gaʒo kerdes/.

Bibliographie citée

Dictionnaire des esclavages. 2010. Pétré-Grenouilleau, Olivier (éd.), Paris : Larousse.

Kłosowska, Anna. 2020. « The Etymology of Slave. » Dans : Catherine E. Karkov, Anna Kłosowska et Vincent W. J. van Gerven Oe (éds.). Disturbing Times. Medieval Pasts, Reimagined Futures, Punctum Books, 150-214.

Gaunt, David et Rotaru, Julieta. 2021. « The Living Conditions of Gypsy Slaves in Early Nineteenth Century Wallachia. » Romani Studies. Continuing Journal of the Gypsy Lore Society, series 5, 31 (1): 30-55.  https://doi.org/10.3828/rs.2021.3

Hancock, Ian F. 1987. The Pariah Syndrome. An Account of Gypsy Slavery and Persecution, Karoma Publishers.

Hancock, Ian F. 1995. A Handbook of Vlax Romani. Columbus, Ohio: Slavica.

Istrati, Nicolae. 1855. « Cântecul Țiganilor în ziua emancipării lor. Steaua Dunării, » 13 déc. 1855, nr. 32, 128.

Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée. 2021. Ismard, Paulin (ed.) Paris : Seuil.

Marushiakova, Elena et Popov, Vesselin. 2021. Roma Voices in History : A Source Book. Roma Civic Emancipation in Central, South-Eastern and Eastern Europe from the 19th Century until World War II, Brill : Ferdinand Schöningh.

Parpola, Asko. 2012. « The Dāsas of the Ṛgveda as Proto-Sakas of the Yaz I-related cultures: With a revised model for the protohistory of Indo-Iranian speakers. » Dans : Martin E. Huld, Karlene Jones-Bley et Dean Miller (éds.). Archaeology and Language: Indo-European Studies Presented to James P. Mallory, Institute for the Study of Man, 221-264.

Regnault, Ėlias. 1855. Histoire politique et sociale des Principautés danubiennes. Paris : Paulin et Chevalier.

ROMLEX lexical database: http://romani.uni-graz.at/romlex/

Rotaru, Julieta. 2016. Barbu Constantinescu. Cântece țigănești. Romané ghilea. Gypsy Songs; Critical edition, Introduction, Chronological table and Indices by Julieta Rotaru, forward Viorel Cosma. Bucarest : Editura Muzeul Literaturii Române.

Rotaru, Julieta ; Tirard, Aurore et Šapoval, Viktor. 2022. Romani Lexicography in the Nineteenth Century. Vol. 1: Lexicon Româno-Ţigănesc/Romanian-Gypsy Dictionary. Lincom Series in Romani Linguistics. Munich : Lincom Academic Publishers.

Rotaru, Julieta et Gaunt, David. 2023. The Wallachian Gold-Washers. Unlocking the Golden Past of the Rudari Woodworkers, Brill Schöningh : Leiden, Boston. https://doi.org/10.30965/9783657790388

The Historical Encyclopaedia of World Slavery. 1997. Rodriguez, Junius P. (ed.), Santa Barbara, California.

Ungureanu, Dan s.d. « A forged poster about the sale of Gypsy slaves and Ian Hancock. »

Vaillant, Jean-Alexandre. 1868. Grammaire, dialogues et vocabulaire de la langue des Bohémiens ou Cigains, Paris : Typographie Pilloy.

Julieta Rotaru, Gypsy Lore Society, éditrice en chef de la revue Romani Studies

Titulaire d’un doctorat en philologie de l’Université de Bucarest depuis 2008, Julieta Rotaru est spécialiste du sanskrit et du romani ćhib. Ses recherches se concentrent sur la communauté romani/tsigane, avec un intérêt particulier pour l’histoire, la démographie historique, la migration, la discrimination et l’esclavage. Elle assure également l’enseignement du romani vlax à l’ILARA.



Citer ce billet
ilara (2023, 29 octobre). L’organisation du vocabulaire de l’institution de l’esclavage en romani ćhib. ILARA, l’Institut des langues rares. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4x1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search