L’ergativité ou le secret de ces langues qui n’ont pas de sujet

par Hélène Gérardin

Qui ne se souvient pas de ses premiers cours de grammaire et de la magie des premiers termes « sujet », « objet », « verbe », apparus dès les plus jeunes classes pour ne plus jamais quitter les oreilles des passionnés de langues et de grammaire ? Et si malgré leur fréquence, ces termes n’étaient pas si universels que cela ? Si certaines langues ne laissaient pas définir le sujet si facilement que semblent l’entendre nos cours de grammaire ? C’est au cœur de cette question que se trouve le mystère de l’ergativité.

Pour comprendre l’ampleur de la question, il faut se replonger dans les premiers cours de grammaire française dispensés à l’école. On y apprend comme une vérité indiscutable que « le sujet est l’élément de la phrase qui fait l’action » et que « l’objet est l’élément qui la subit ». C’est encore avec les mêmes certitudes que sont enseignés les corollaires de ces définitions : « le verbe s’accorde avec son sujet et rarement avec son objet ». Puis, en étudiant plus tard des langues à déclinaison, nous poursuivons dans la même direction : « le sujet se marque au cas nominatif et l’objet au cas accusatif ».

Les exemples illustrant ce cadre sont nombreux :

(1)

Français

Latin

Russe

L’homme

Vir

Mužčina

Sujet (nominatif)

vient.

venit.

prixodit.

Verbe

(2)

Français

Latin

Russe

L’homme

Vir

Mužčina

Sujet (nominatif)

construit

aedificat

stroit

Verbe

une maison.

dom-um.

dom.

Objet (accusatif)

Or, ce cadre et ces définitions ne sont pas si universels ; ils constituent ce que l’on appelle un système « accusatif ». De nombreuses langues présentent un système différent ; il s’agit des langues ergatives, qui sont caractérisées par un système dit « ergatif ». L’ergativité est présente dans des zones et des familles de langues très diverses : basque, langues caucasiques, langues maya, nombre de langues amérindiennes, australiennes, sibériennes et indo-aryennes, par exemple.

Dans les langues ergatives, il n’y a pas de catégorie unique de « sujet », et la distribution des cas varie donc en conséquence. Cette différence vient notamment du fait que les langues ergatives opèrent une dichotomie radicale entre les verbes intransitifs (ceux qui ne prennent pas d’objet direct, comme en (3)) et les verbes transitifs (ceux qui prennent un objet direct, comme en (4)). Ainsi, le cas nominatif sert à marquer ce qui tient lieu en français de sujet des verbes intransitifs et d’objet des verbes transitifs, tandis qu’un autre cas (souvent appelé ergatif) est utilisé pour marquer le sujet des verbes transitifs. Le verbe s’accorde avec l’élément marqué au nominatif, quelle que soit sa fonction (sujet ou objet).

Le laze, langue caucasique du Sud, illustre un système ergatif en reprenant les deux phrases citées précédemment en exemple :

(3) « L’homme vient. »

Laze

k’oči

Sujet (nominatif)

mulun.

Verbe

(4) « L’homme construit une maison. »

Laze

k’oči-k

Sujet (ergatif)

k’odums

Verbe

oxori.

Objet (nominatif)

Certaines langues voient cohabiter les deux systèmes. Ainsi, le svane, autre langue caucasique du Sud, présente un système accusatif au présent et ergatif au passé.

Présent :

(5) « L’homme vient. »

Svane

māre

Sujet (nominatif)

anγri.

Verbe

(6) « L’homme construit une maison. »

Svane

māre

Sujet (nominatif)

agem

Verbe

kor-s.

Objet (accusatif-datif)

Passé :

(7) « L’homme est venu. »

Svane

māre

Sujet (nominatif)

anqäd.

Verbe

(8) « L’homme a construit une maison. »

Svane

māre-m

Sujet (nominatif)

adge

Verbe

kor.

Objet (nominatif)

Tel est le mystère de l’ergativité, qui – et c’est là un autre mystère encore inexpliqué – se rencontre sur toute la surface du globe avec une prédilection pour les zones de montagnes. Le Caucase en est un bel exemple.

Hélène Gérardin, INALCO et ILARA, enseignante de linguistique et de langues kartvéliennes

Ancienne étudiante et diplômée de l’ENS – Ulm, Hélène Gérardin est membre de l’équipe de recherche du SeDyl et a rédigé une thèse intitulée Les verbes intransitifs primaires et dérivés en géorgien : description morphosyntaxique, sémantique et dérivationnelle, à Sorbonne Paris Cité.

Pour aller plus loin

Vidéo d’Hélène Gérardin consacrée aux langues kartvéliennes, dans le cadre des vidéos Ouvertures de l’ILARA en ligne.



Citer ce billet
ilara (2023, 12 septembre). L’ergativité ou le secret de ces langues qui n’ont pas de sujet. ILARA, l’Institut des langues rares. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvar

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search