Trésors turciques : La mystique des statues kiptchak en Europe de l’Est

Baba en pierre de Kipchak (musée d'histoire locale de Donetsk), 2008, © Riwnodennyk / CC BY-SA 3.0

par Murad Suleymanov

Quelle est la signification de ces statues kiptchak, ou « femmes de pierre », découvertes principalement en Ukraine ? Découvrez la culture et la langue des Kiptchak de l’Europe de l’Est, plus connus sous le nom de Coumans.

Les statues kiptchak, également connues sous le nom de « femmes de pierre » ou de « jeunes filles pétrifiées », constituent une série de statues anciennes découvertes en Europe de l’Est, principalement en Ukraine. Ces statues sont attribuées au peuple kiptchak, un groupe turcique nomade qui vivait dans la région du XIe au XIIIe siècle.

Que savons-nous des Kiptchak ? Ils commencent à arriver dans les plaines d’Europe de l’Est depuis les steppes de l’Asie centrale au milieu du Moyen Âge en tant que membres de diverses confédérations turciques. Plus tard, ils forment leur propre confédération de tribus, unies sous un seul chef, appelé khan, et établissent une structure politique lâche dont le pouvoir s’étend des bas-fonds du Danube à la Sibérie occidentale, une vaste région appelée dans les sources persanes le Dašt-i qipčāq « la steppe kiptchak ». En Europe, les Kiptchak sont connus sous le nom de Coumans.

Ils étaient connus pour leurs compétences équestres et leur habileté militaire, laissant une empreinte indélébile dans l’histoire politique et militaire de la région pendant la période médiévale. Les Kiptchak étaient réputés pour leurs raids sur les régions voisines, en particulier les principautés slaves de ce qui est aujourd’hui la Russie et l’Ukraine. Ils entretenaient également des liens étroits avec l’Empire byzantin et ont joué un rôle significatif dans ses guerres contre les Turcs Seldjoukides au XIe siècle.

Les Kiptchak parlaient une langue qui s’est répandue à partir du XIIIe siècle non seulement sur le territoire qui était sous leur contrôle mais aussi au-delà. Elle a donné naissance à une douzaine de langues turciques, dont le tatar de Crimée, le koumyk, le karatchaï-balkar, ainsi que le karaïme, une langue presque éteinte parlée par certains adeptes du judaïsme non-rabbinique en Europe de l’Est, et la langue éteinte des Mamelouks, une dynastie de sultans ayant régné sur l’Égypte jusqu’au XVIe siècle.

Les statues réalisées par les Kiptchak sont un symbole caractéristique de leur culture. Ils représentent généralement des êtres humains dans différentes positions, debout, assis ou couchés, tenant parfois un récipient ou une arme. Elles sont typiquement sculptées dans du grès, mais parfois aussi dans du granit, du calcaire et de la pierre de taille.

Bien que les termes « femmes » ou « jeunes filles » soient couramment utilisés pour désigner ces statues, un nombre significatif d’entre elles représentent clairement des hommes. Certaines statues sont ornées de vêtements complexes, de bijoux et de coiffures, tandis que d’autres ont un style plus simple. Les robes, les chemises, les capuches, les casques, ainsi que les ceintures et boucles élaborées « portées » par les statues aident les chercheurs à reconstituer la mode kiptchak de l’époque. La plupart des statues mesurent entre 0,5 et 1,5 mètre de hauteur.

La signification des statues n’est pas entièrement claire, mais on pense qu’elles avaient une importance religieuse ou spirituelle pour le peuple kiptchak. Certaines théories suggèrent que les statues étaient utilisées comme symboles de fertilité, tandis que d’autres proposent qu’elles étaient utilisées pour des rituels chamaniques ou comme pierres tombales. On pense également que les Kiptchak ne sont pas à l’origine de la pratique de sculpter de telles statues, et que cette tradition a été importée d’Asie centrale et de Sibérie occidentale, où l’on trouve des statues similaires laissées par d’autres tribus nomades. Néanmoins, ce sont les Kiptchak qui ont développé un style artistique distinct pour de telles statues, que l’on trouve uniquement en Europe de l’Est.

On ne sait pas comment les Kipchaks eux-mêmes appelaient leurs statues. Pendant longtemps, on a pensé que le mot 𐰉𐰞𐰉𐰞 balbal trouvé dans des inscriptions en vieux-turcique dès le VIIIe siècle faisait référence à tous les monolithes élevés par les nomades turciques. Cependant, les chercheurs modernes tendent à croire que balbal désignait un type très spécifique de structure en pierre, à savoir de petits piliers en pierre souvent non traitée, érigés pour représenter un ennemi tombé. Dans la tradition populaire ukrainienne, les statues humaines sont appelées mamaï et sont considérées comme des personnes maléfiques pétrifiées pour leurs péchés.

Au XIIIe siècle, les Kiptchak ont été conquis par l’Empire mongol, qui s’était étendu vers l’ouest depuis son berceau en Asie centrale. De nombreux Kiptchak ont été intégrés dans l’armée mongole et ont joué un rôle important dans les conquêtes mongoles, tandis que d’autres ont fui vers l’Europe, où ils se sont mêlés aux populations locales et sont devenus les ancêtres de certains peuples européens modernes. Certains des Kiptchak restants se sont convertis à l’islam, qui interdit la fabrication de statues représentant des êtres humains. C’est probablement l’une des raisons pour lesquelles cette forme d’art a disparu après le XIIIe siècle.

Les statues ont survécu à travers le Moyen Âge car la plupart d’entre elles étaient situées dans des zones peu peuplées contrôlées par le khanat de Crimée, un état médiéval des Tatars de Crimée. Suite à sa conquête par l’Empire russe au XVIIIe siècle et à la colonisation civile ultérieure du littoral pontique, un grand nombre de ces statues ont été endommagées ou perdues alors que les paysans les retiraient et les utilisaient comme matériaux de construction ou les détruisaient dans un accès de ferveur religieuse.

Aujourd’hui, plusieurs statues kiptchak sont exposées dans des musées et des centres culturels à travers l’Ukraine, et elles sont considérées comme des artefacts culturels importants de l’histoire et du patrimoine de la région. Malheureusement, leur destruction se poursuit même au XXIe siècle, quelques unes de ces précieuses statues, situées en plein cœur des zones de combat le long de la frontière russo-ukrainienne, ayant été délibérément endommagées ou vandalisées.

Les statues kiptchak, avec leurs origines énigmatiques et leur signification culturelle, sont des symboles durables de la riche histoire et du patrimoine de l’Europe de l’Est, nous rappelant l’héritage remarquable laissé par un peuple turcique nomade et son influence sur la région.

Murad Suleymanov, EPHE-PSL, Inalco, PROCLAC

Murad Suleymanov est lecteur d’azéri à l’Inalco et de judéo-tat à l’OSRJL, ainsi que membre de l’UMR 7192 (PROCLAC) et auteur de la grammaire du tat du Şirvan (Reichert, 2020). Il assure également l’enseignement des langues turciques au sein de l’ILARA.



Citer ce billet
ilara (2023, 30 juin). Trésors turciques : La mystique des statues kiptchak en Europe de l’Est. ILARA, l’Institut des langues rares. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3ag

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search