Langues anciennes, langues modernes. Le destin des mots dans l’espace et le temps

Franciscus a Mesgnien Meninski, Thesaurus Linguarum Orientalium, 1680, Austrian National Library. Public Domain Mark 1.0.

par Dorian Pastor

À la mémoire d’Alexander Vovin (1961-2022)

Partie 2 : héritage

Quand il veut retracer l’origine d’un mot, le linguiste est face à deux possibilités : soit le mot est hérité, c’est-à-dire qu’il remonte à un état plus ancien de cette même langue, soit il est emprunté, c’est-à-dire que le mot vient d’une langue étrangère et a pénétré le vocabulaire de la langue. Ce billet vise à raconter certaines anecdotes intéressantes, inattendues ou peu connues illustrant ces deux phénomènes.

Les doublets étymologiques

Dans toutes les langues, il existe des termes qui proviennent de la même source étymologique mais qui, ayant évolué différemment sur le plan phonétique ou sémantique, aboutissent finalement à des mots différents. On appelle cela les doublets étymologiques.

On peut distinguer deux types de doublets étymologiques :

  1. Les doublets qui sont le résultat d’un mot hérité ayant évolué de deux manières différentes dans l’histoire de la langue et aboutissant à deux formes différentes.
  2. Les doublets qui sont le résultat d’un héritage ayant eu lieu parallèlement à un emprunt.
  3. Les croisements lexicaux, présentés dans un billet précédent (novembre 2022).

Dans les deux cas, les deux formes cohabitent sans que les locuteurs se doutent qu’il s’agit étymologiquement du même mot. Les deux formes ont un sens différent, mais qui reste proche :

Le français – hôtel et hôpital

Si vous appréciez de dormir à l’hôtel lors de vos voyages, vous êtes probablement moins enthousiaste à l’idée de séjourner à l’hôpital. Pourtant, ces deux termes sont historiquement les mêmes. Le mot hôtel est hérité du latin hospitāle, une forme neutre* de hospitālis, ce dernier ayant donné le mot hôpital par emprunt. Dans le latin médiéval, hospitālis était couramment utilisé pour désigner une « chambre destinée à accueillir les hôtes » dans les couvents. Au même moment, son doublet a évolué vers la forme ostel / hostel pour signifier simplement « logement » ou « hébergement », toujours pour les invités. Cette forme a ensuite acquis d’autres significations, comme « maison seigneuriale », « maison de qualité » ou « hôtel de ville » (ce qui explique pourquoi les mairies sont appelées ainsi). Les dérivés de ce mot sont nombreux et facilement identifiables : hôtelier, hôtellerie, hôte, hôtesse, hospitalité, hospitalier, hospitalisation, etc. Il est intéressant de noter qu’en occitan, ostal n’a qu’un seul sens, celui de « maison ». En anglais, la langue a emprunté les deux formes historiques du français « hôtel » : hostel pour « hôtel » et hotel pour « maison de maître, manoir ». (voir réf. [1] [2] 324-325).

Le turc – kadın et hatun

En Turquie, une femme mariée est appelée kadın (par opposition à kız qui signifie « fille »). On trouve également le mot hatun, qui dans la langue courante désigne une jeune femme attirante, mais que les lettrés connaissent plutôt avec le sens archaïque de « femme noble ». La similarité frappante entre kadın et hatun n’est pas due au hasard. Les deux mots ont la même origine : le vieux-turcique xatun, qui était un titre attribué à l’épouse du Khan. Cependant, la différence phonologique et sémantique entre les deux mots s’explique par le fait que l’un est un héritage direct, tandis que l’autre est un réemprunt. Le mot hatun a transité par le persan xātun « dame, femme noble » avant d’arriver en turc ; il montre un aspect phonologique très poche mais surtout un sens parallèle au persan. Quant à la forme kadın, il s’agit de la forme naturellement héritée en turc, attestée à côté de xatun (orthographié chatun) dans le Thesaurus Linguarum Orientalium sous les formes kadün et kadyn.

Thesaurus Linguarum Orientalium (Meninski, 1680).

Des mots et des suffixes

Les exemples de doublets étymologiques strictement lexicaux tels que ceux qui sont mentionnés ci-dessus sont assez courants et sont par ailleurs connus des plus férus des langues. Cependant, un phénomène un peu moins connu est celui de mots évoluant vers des suffixes et qui continuent à cohabiter avec la forme originale, sinon une forme proche de l’original.

Le français mental et -ment

Dans l’adjectif mental, on reconnaît facilement le suffixe adjectival -al (que l’on retrouve dans nation-al, brut-al, etc.), mais la base *ment n’existe pas puisque le mot mental a été hérité tel quel du latin mentālis. Ce dernier est dérivé du mot latin mēns « âme, esprit, pensée ». Par ailleurs, le suffixe adverbial -ment que l’on retrouve dans des mots comme rapide-ment, douce-ment remonte au mot latin mente qui n’est autre que la forme ablative* de ce même mēns. On appelle « grammaticalisation » le phénomène par lequel une forme lexicale se change en forme grammaticale. C’est ce qui s’est produit dans certaines langues romanes, dont le français, avec le suffixe -ment. À l’époque, mente était en compétition avec modo « mode » et guise « manière, façon ». Qui alors savait que lorsqu’on dit mentale-ment, on utilise deux formes qui remontent à un même mot ? (voir réf. [1], [2] 402, [7] 141).

Le turc yürü- et -(I)yor

Un verbe régulièrement utilisé par les Turcs est yürümek « marcher », dont le radical yürü- remonte au vieux-turcique yorï- (de même sens). Ce qui est encore plus utilisé lors d’une conversation en turc est le suffixe -(I)yor, qui s’attache aux verbes et marque le présent progressif, par exemple gid-iyor-um [partir-présent-je] « je pars, je suis en train de partir ». À l’instar du français -ment, le suffixe -(I)yor n’est autre que la grammaticalisation d’une forme plus ancienne de yürü- « marcher ». En turc, il n’est plus transparent et les locuteurs seraient probablement surpris d’apprendre que dans yürü-yor-um « je suis en train de marcher » on retrouve deux formes qui remontent à la même forme historique. Pourtant, si l’on regarde de plus près, on constate que certaines langues turciques utilisent aussi le verbe « marcher » comme auxiliaire marquant le progressif, et ce de manière transparente. Par exemple, le kirghiz oqup žür-öt [lisant marcher-il/elle] « il/elle est en train de lire ». On retrouve l’emploi de « marcher » avec cette fonction dans de nombreuses autres langues turciques (en turkmène, kazakh, karakalpak, entres autres). Quant au I initial du suffixe, il s’agit historiquement d’un suffixe de gérondif*. Ce suffixe servait principalement à lier le verbe principal à son auxiliaire. Une forme conjuguée comme gid-iyor « il part » remonte à ce que l’on peut reconstruire *ket-e yorï-r. (voir réf. [8] 315-316, [9] 518, 525).

Ces exemples, bien que limités, ont permis d’illustrer un phénomène loin d’être rare. De nombreux parallèles peuvent être observés dans différentes langues du monde, que ce soit en ce qui concerne les doublets lexicaux ou le développement de suffixes.

Vocabulaire utile

neutrecatégorie de genre grammatical qui s’oppose au masculin et au féminin
ablatifcas grammatical désignant la source depuis laquelle se produit une action
gérondifforme verbale spéciale qui se comporte comme un adverbe, par ex. le français en parla-ant

Dorian Pastor, doctorant de l’ENS-PSL, enseignant de turcique de l’Orkhon

Dorian Pastor rédige actuellement une thèse à l’Université PSL – Paris sciences et lettres, dans le cadre de l’ED540 – École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales, en partenariat avec AOROC – Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident et de l’ENS – École normale supérieure depuis 2021. Ses thèmes de recherches sont la linguistique des langues iraniennes et la linguistique des langues turciques. Sa thèse s’intitule « Le persan du XXIe siècle : études de la langue vernaculaire ». En 2021-2022, il a assuré le cours « Le turcique de l’Orkhon : étude des inscriptions runiformes du VIIIe siècle » au sein de l’ILARA.

Pour aller plus loin

Vidéo de Dorian Pastor consacrée au turcique de l’Orkhon, dans le cadre des vidéos Ouvertures de l’ILARA en ligne.

Références

[1] =

Trésor linguistique de la langue française. CNRTL (Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales).

[2] =

Bloch, Oscar & Wartburg, von Walther (2018). Dictionnaire étymologique de la langue française. Paris: Quadrige / PUF (1ère édition, 1932, Paris: PUF).

[3] =

Vovin, Alexander (2007). « Once Again on the Etymology of the Title qaγan ». Studia Etymologica Cracoviensia. 12/1. 177-187.

[4] =

Tietze, Andreas (2009). Tarihi ve Etimolojik Türkiye Türkçesi Lugatı İkinci Cilt F-J. Vienne: OAW.

[5] =

Clauson, Gerard (1972). An Etymological Dictionary of Pre-13th Century Turkish. Oxford: Clarendon Press.

[6] =

Meninski, Franciscus (1680). Thesaurus Linguarum Orientalium, Turcicae, Arabicae, Persicae.

[7] =

Hopper, Paul & Traugott, Elizabeth Closs (1993). Grammaticalization. Cambridge: Cambridge University Press.

[8] =

Johanson, Lars (1995). « On Turkic Converb Clauses ». Converbs in Cross-Linguistic Perspective. Structure and Meaning of Adverbial Verb Forms – Adverbial Participles, Gerunds. M. Haspelmath & E. König (eds). Empirical Approaches to Language Typology [EALT] 13. 313-348.

[9] =

Kasapoğlu Çengel, Hülya (2012). « Kırgız Türkçesi ». Türk Lehçeleri Grameri. A. Ercilasun (éd). Ankara: Akçağ Yayınları.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ilara (25 avril 2023). Langues anciennes, langues modernes. Le destin des mots dans l’espace et le temps. ILARA, l’Institut des langues rares. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3ad


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search