L’incroyable pouvoir agglutinant des langues caucasiques du Sud (kartvéliennes)

par Hélène Gérardin

Lorsque l’on entend parler d’agglutination, on pense à la foule, aux cellules ou aux grains, mais certainement pas aux langues. Pourtant, les langues aussi peuvent, non pas s’agglutiner mais agglutiner, et ce, de façon étonnamment complexe !

Agglutiner, pour une langue, cela veut dire agglomérer aux radicaux des mots un nombre important d’informations grammaticales, sous la forme d’affixes (préfixés – devant ; suffixés – derrière ; infixés – à l’intérieur ; ou circonfixés – autour). Si des langues comme le français, l’anglais ou l’allemand présentent des préfixes et des suffixes (fr. re‑tourn‑ait ; angl. word-s ; alld. auf‑nehm-en-d), cela ne suffit pas à en faire des langues agglutinantes car d’une part, elles ne peuvent ajouter qu’un nombre limité d’affixes, et d’autre part ces affixes peuvent exprimer plusieurs informations grammaticales en même temps (en français, le ‑ait de re‑tourn‑ait exprime à la fois l’imparfait et la troisième personne du singulier).

Pour qu’une langue soit réellement agglutinante, il faut que chaque affixe ne comporte qu’une seule information grammaticale, et que – la seconde condition découle de la première – le nombre d’affixes en présence soit plus important.

Les langues kartvéliennes, (géorgien, mingrélien, laze et svane – aussi appelées caucasiques du Sud car formant l’une des familles de langues autochtones parlées dans le Caucase), présentent des exemples clairs d’agglutination linguistique. Dans ces langues, il n’est pas rare de rencontrer une demi-douzaine d’affixes dans un mot, dans les quatre positions énumérées plus haut. Ainsi, même les mots les plus banals de la langue quotidienne peuvent se décomposer en un nombre important d’affixes.

Par exemple, le nom svane qan-är-s « aux bœufs » contient deux suffixes ajoutés au radical qan « bœuf » : le suffixe –är qui marque le pluriel, et le suffixe –s qui marque le datif (cas exprimant le destinataire). De même en laze, le nom k’oč-epe-š « des hommes» contient deux suffixes : -epe qui marque le pluriel, et , qui marque le génitif (cas exprimant l’appartenance).

Mais c’est surtout dans les verbes que s’observe le caractère très agglutinant des langues kartvéliennes. Ainsi, pour dire « ils nous le donnent » en svane, un seul mot suffit : gw‑a‑hwd‑i‑x,où le préfixe gw- indique l’objet indirect (destinataire) de première personne du pluriel, le préfixe a- est un marqueur de transitivité, le suffixe -i a une fonction liée à l’expression du présent, et le suffixe -x marque le sujet de troisième personne du pluriel. De même en mingrélien, le verbe me-r-k’vat-ǝn-k signifie « je te le couperai » et comporte quatre affixes : me- qui indique l’aspect accompli et futur de l’action, r- qui indique l’objet indirect de deuxième personne, -ǝn qui est lié à l’expression du futur et -k qui marque le sujet de première personne du singulier.

Ainsi, dans les langues kartvéliennes, le verbe peut intégrer un grand nombre d’affixes (le plus souvent préfixés et suffixés, parfois circonfixés) servant à marquer les informations grammaticales suivantes :

  • la personne (du sujet, de l’objet direct et de l’objet indirect) ;
  • le temps, l’aspect, le mode ;
  • la transitivité, la voix ;
  • la valence (nombre et type de compléments régis par le verbe) ;
  • l’affirmation/la négation ;
  • la direction, l’orientation spatiale ;
  • l’incertitude du locuteur par rapport à l’information donnée ;
  • divers types de dérivations qui correspondent dans la plupart des langues à des expressions ou des mots indépendants.

À cette chaîne d’affixes, on peut encore ajouter des suffixes de discours rapporté, d’interrogation, de subordination…

Cette abondance aboutit à des formes naturelles relativement complexes, telles que, à partir de č’ar signifiant « écrire » en laze et mingrélien, la forme o‑č’ar-apu-an-d-u  « il le lui faisait écrire » (où o- et -apu indiquent le causatif, c’est-à-dire l’idée de faire faire l’action ; -an le fait que l’action soit inaccomplie ; -d l’imparfait et -u le sujet de troisième personne du singulier) ou encore, en mingrélien, à la forme va-mo-p’-c’on-an-ia « il dit que cela ne leur plaît pas », à partir de c’on « plaire » (où va- est le préfixe de la négation ; mo- un préfixe exprimant l’aspect ; p’- le préfixe marquant le sujet de première personne ; -an marquant le pluriel du sujet et -ia indiquant le discours rapporté).

Il est ainsi amusant de noter que pour certaines formes verbales qui comportent plusieurs syllabes, le radical ne représente en réalité qu’un seul son, voire partie de son ! Par exemple, en svane, dans ǯ-a-k’-u-x « vous le voulez », le radical est k’ ; en mingrélien, dans ko-mo-mi-γ‑i « apporte-le moi », le radical est γ ; et mieux encore, dans la forme très banale p-’-un-d-es « nous avions », le radical n’est constitué que d’une simple occlusion de la glotte au fond la gorge – un son très discret que nous prononçons en français sans le savoir dans l’interjection d’étonnement « oh oh ! » et que l’on note dans les transcriptions des langues kartvéliennes par une apostrophe :  ! Par leur caractère typiquement agglutinant, les langues kartvéliennes expriment donc très souvent par un seul mot ce que nous exprimons en français par un groupe de mots, voire une phrase entière.

Hélène Gérardin, INALCO et ILARA, enseignante de linguistique et de langues kartvéliennes

Ancienne étudiante et diplômée de l’ENS – Ulm, Hélène Gérardin est membre de l’équipe de recherche du SeDyl et a rédigé une thèse intitulée Les verbes intransitifs primaires et dérivés en géorgien : description morphosyntaxique, sémantique et dérivationnelle, à Sorbonne Paris Cité.

Pour aller plus loin

Vidéo d’Hélène Gérardin consacrée aux langues kartvéliennes, dans le cadre des vidéos Ouvertures de l’ILARA en ligne.



Citer ce billet
ilara (2023, 7 mars). L’incroyable pouvoir agglutinant des langues caucasiques du Sud (kartvéliennes). ILARA, l’Institut des langues rares. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3ab

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search