La jeune fille aux macarons : une mosaïque inscrite en syriaque

Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales, AO 28294 - https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010152569 - https://collections.louvre.fr/CGU

par Muriel Debié

La langue syriaque donne le nom d’une jeune fille, à la coiffure traditionnelle d’Édesse. Ce billet présente un corpus de mosaïques très peu connu, visible au département des antiquités orientales du Musée du Louvre.

Identifiée par une inscription en syriaque ancien, la jeune fille représentée sur la mosaïque s’appelait Barlaha ou était peut-être plutôt fille de Barlaha (l’inscription est incomplète). Trouvée hors contexte archéologique, cette pièce fragmentaire est vraisemblablement une mosaïque funéraire provenant de la ville ancienne d’Édesse (aujourd’hui Urfa/Şanlıurfa en Turquie du sud-est) ou de sa région, l’Osrhoène, en Mésopotamie du Nord. La graphie archaïque permet de la situer au IIIe ou IVe siècle.

La langue syriaque employée ici est la forme d’araméen d’Édesse, qui a commencé à être mise par écrit au tournant de l’ère chrétienne alors qu’elle était la langue officielle du royaume d’Osrhoène. Lorsque le royaume d’Osrhoène entra dans l’orbite de l’empire romain et perdit son indépendance en devenant une province romaine, la langue aurait pu disparaître au profit du grec, la langue officielle de la partie orientale de l’empire. Mais cet araméen d’Édesse (connu sous le nom de syriaque) était devenu la langue sacrée et de prestige des chrétiens araméophones de la région, puis devint la langue religieuse standard de chrétiens utilisant par ailleurs d’autres langues, présents de la Méditerranée à l’Inde et à la Chine (en passant par l’Iran, l’Asie, centrale et le Tibet), mais aussi à l’Arabie et à la zone du golfe Arabo-Persique.

Musée du Louvre AO 28294, mosaïque acquise en 1984.

Visible au département des antiquités orientales, s. 181, aile Denon, niveau-1.

Partie prenante de l’empire parthe, comme Doura Europos, Palmyre ou Hatra, Édesse commença à prendre de l’importance dans les deux premiers siècles de l’ère chrétienne. Elle développa un art funéraire original, que l’on ne retrouve ni dans les cités grecques et romaines ni dans les cités de langue araméenne du Proche-Orient. Alors qu’ailleurs ce sont des statues et des bas-reliefs (à Palmyre ou Hatra par exemple) ou des peintures sur bois (dans le Fayyum, en Égypte), à Édesse se sont des tapis de mosaïque qui représentent les défunts, en buste ou mis en scène dans des banquets. Ces tapis se situaient dans la partie centrale des chambres funéraires dont les murs étaient creusés de banquettes dans lesquelles étaient enterrés les défunts. On accédait par un couloir à ces pièces et l’on débouchait donc sur le tapis de mosaïque. Les portes d’accès aux chambres funéraires étaient fermées par de grandes meules de pierre roulées dont certaines subsistent encore en place.

Ce corpus de mosaïques très peu connu, se distingue, comme dans les autres cités araméennes de la région, par une forte influence parthe, sensible à la fois dans les représentations de face des personnages et dans les vêtements et bijoux que portent hommes et femmes.

Bien avant qu’ils n’aient été popularisés par le film La Guerre des étoiles, les macarons étaient à Édesse la coiffure traditionnelle des fillettes et jeunes filles, des servantes peut-être également, les femmes mariées portant des voiles posés sur de hautes coiffes. Cette coiffure est immédiatement reconnaissable comme une mode locale, inconnue semble-t-il ailleurs.

Musée du Louvre, AO 22917.

Visible au département des antiquités orientales, s. 181, aile Denon, niveau-1.

Deux autres mosaïques fragmentaires très similaires, provenant sans doute de la même tombe ou au moins de la même nécropole, se trouvent au Louvre, représentant pour l’une une femme d’un âge ou d’un rang différent (photographie ci-dessus), portant une de ces hautes coiffes caractéristiques de la région et pour l’autre, un jeune garçon coiffé d’un bonnet de type phrygien (parthe en réalité) également courant dans l’iconographie (photographie ci-dessous).

Musée du Louvre, AO 28293.

Visible au département des antiquités orientales, s. 181, aile Denon, niveau-1.

Muriel Debié, Membre senior de l’IUF et Directrice d’études à l’EPHE – PSL où elle occupe la chaire « Christianismes orientaux »

Historienne et philologue, Muriel Debié est spécialiste d’études syriaques. Elle travaille surtout à partir des textes et de leur histoire depuis leur présence dans les manuscrits jusqu’à leur étude comme source d’histoire. Elle prépare actuellement, en collaboration avec des collègues archéologues turcs, un ouvrage consacré au corpus très peu connu des mosaïques d’Osrhoène (situées pour l’essentiel dans la zone soumise aux violents tremblements de terre de février 2023).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ilara (1 février 2023). La jeune fille aux macarons : une mosaïque inscrite en syriaque. ILARA, l’Institut des langues rares. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3aa


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search