Langues anciennes, langues modernes. Le destin des mots dans l’espace et le temps

World map, Mahmud al-Kašġari, Dīwān luġāt at-turk (‘Compendium of the Turkic Dialects’), 11th c. Domaine Public 1.0

par Dorian Pastor

Partie 1 : voyage

Quand il veut retracer l’origine d’un mot, le linguiste est face à deux possibilités : soit le mot est hérité, c’est-à-dire qu’il remonte à un état plus ancien de cette même langue, soit il est emprunté, c’est-à-dire que le mot vient d’une langue étrangère et a pénétré le vocabulaire de la langue. Ce billet vise à raconter certaines anecdotes intéressantes, inattendues ou peu connues illustrant ces deux phénomènes.

Les mots venus de loin

L’emprunt lexical est un fait assez connu dans les langues. Généralement, les langues en contact laissent des traces mutuelles dans leur lexique respectif, mots témoins de la rencontre de différents peuples, qu’ils aient cohabité ou qu’ils se soient affrontés. C’est ainsi que l’anglais possède un certain nombre de mots d’origine française dans son vocabulaire comme cul-de-sac ou déjà-vu. C’est pour cette même raison que l’on trouve des anglicismes, souvent décriés, en français. Mais les anglicismes ne sont pas les seuls mots étrangers qui composent le vocabulaire français. Il existe des emprunts un peu moins soupçonnés et dont l’origine n’est pas toujours claire pour le commun des mortels.

Le mot alcool fait partie du vocabulaire commun du français. Le terme apparaît tardivement dans des textes scientifiques rédigés en latin sous la forme alcool ou alcohol (ce qui explique le double o dans l’orthographe contemporaine). Alcohol vient du terme arabe al-kuḥl ‘l’antimoine’, une poudre métallique alors utilisée pour colorer les paupières. C’est en Europe que le mot acquiert son sens de « alcool », c’est-à-dire de substance (liquide) hautement sublimée. Le français alcool remonte donc au mot kuḥl ‘antimoine’ accompagné de l’article défini de l’arabe al. Le mot kuḥl possède des cognats* dans de nombreuses langues de la famille sémitique, comme le syriaque kēḥal, l’hébreu biblique kāḥál ou encore l’akkadien guḫlu, qui ont tous le sens de ‘antimoine’ (voir réf. [2] 22, [3] 17).

Le mot yaourt est probablement le mot le plus prononcé de tous ceux cités dans ce billet. Et pour cause, beaucoup de gens en consomment quotidiennement. Il désigne un entremets fait à base de lait caillé. Ce mot, par l’intermédiaire du bulgare yaurt, nous vient tout droit du turc ottoman yoğurt ! En turc, la lettre ğ correspond à un son qui a disparu en provoquant un allongement compensatoire* [yoğurt > yōurt], ce qui explique sa forme en bulgare puis en français. Le mot turc yoğurt est dérivé du verbe yoğur- ‘pétrir’ avec le suffixe -Ut. Il s’agit d’un verbe dérivé du verbe vieux-turcique yoġ- ‘cailler (itr.*), s’épaissir’ (qui n’existe plus en turc contemporain). S’il y a, parmi nos lecteurs, des apprenants ou des locuteurs du turc, sachez que le mot turc yoğun ‘épais’ est aussi un dérivé du vieux-turcique yoġ- et qu’il est donc apparenté à yoğurt (voir réf. [7], [3] 681, [6] 725).

Le mot horde, qui désigne une peuplade nomade, est issu du turcique ordu ‘camp militaire’. La forme est attestée dans les plus anciens corpus du turcique, comme le turcique de l’Orkhon (𐰆𐰺𐰑𐰆 dans les inscriptions de Kül Tekin, face nord, deux occurrences lignes 8 et 9).

Inscription de l’Orkhon, stèle de Kül Tekin, VIIIe siècle. Public Domain

Mais le mot n’a pas été emprunté directement du turc au français. Il a parcouru un long chemin avant d’arriver jusqu’à notre langue. Le turcique ordu est en effet passé en russe sous la forme orda, puis a été transmis au polonais horda, où il acquiert son h initial. Il passera par l’allemand Horde pour enfin arriver en français. Par ailleurs, on retrouve aussi des cognats de horde dans le toponyme Ordu (Turquie) et dans le nom de la langue des Pakistanais, l’ourdou (voir réf. [5] 383, [3] 324).

Le mot paradis désigne le lieu où les âmes des justes se retrouvent après la mort, selon de nombreuses religions, et plus précisément le jardin d’Eden dans la culture chrétienne. C’est un mot très ancien en français ; si ancien qu’il remonte au latin paradīsus. On pourrait croire que l’histoire s’arrête ici. Mais le mot paradis a en fait une histoire bien plus longue : le mot latin paradīsus est emprunté au grec ancien παράδεισος (parádeisos) « jardin clôturé où l’on plante des arbres et où l’on élève des animaux », qui est lui-même emprunté au vieil-iranien, dont le cognat attesté est l’avestique paiṛidaēza et désigne un lieu clôturé. L’avestique paiṛidaēza est un composé de paiṛi- ‘autour’ et daēza ‘mur’. On retrouve un cognat du français paradis dans le nom du célèbre poète iranien du X–XIe siècle Ferdowsi, dérivé du mot persan pardīs, ou plus précisément de firdaws, son adaptation en arabe (voir réf. [2] 533, [3] 651).

Il existe bien sûr beaucoup plus de mots de français qui ont été empruntés aux langues orientales. Le cas de alcool n’est que l’un des nombreux emprunts faits à la langue arabe, comme le vocabulaire savant de la période médiévale (algèbre, coton, zéro, chiffre…), de la période coloniale (toubib, bled, maboul) ou de la période contemporaine avec le contact de la diaspora maghrébine (kiffer, seum, hess). Les vocables français d’origine turque ou d’origine iranienne sont moins nombreux mais tout aussi présents (quoique de nombreux mots arabes ou turcs remontent en fait au persan, comme douane < ar. dīwān < pers. dīvān ou kiosque < it. chiosco < tr. köşk < pers. košk).

Carte du monde, Mahmud al-Kašġari, Dīwān luġāt at-turk (‘Recueil des langues turciques’), XIe siècle. Public Domain

Les croisements lexicaux ou réemprunts

Un autre fait notable est celui du « réemprunt » ou du « croisement lexical », c’est-à-dire le fait qu’un mot appartenant à une langue X soit emprunté par une langue Y, et que la langue X la réemprunte, souvent quelques siècles plus tard et sous une forme un peu altérée. Voici un premier exemple avec le français et l’anglais pour se rendre compte du phénomène :

français → anglais → français 
Le mot tennis réfère à un sport bien connu ! Ceux qui ne le savent pas se doutent quand même que ce terme a été emprunté à l’anglais tennis et remonte au moyen-anglais teneis. Mais ne cherchez pas une origine germanique ou celtique à ce terme, puisque teneis désigne alors le jeu de paume et le mot est une altération de l’anglo-normand tenetz ‘tenez’, impératif pluriel du verbe tenir. L’anglo-normand, qui s’implante en Angleterre suite à la conquête de Guillaume le Conquérant, est une variété proche du francien, ces deux dialectes faisant partie des variétés d’oïl, qui composent ce qu’on appelle plus communément l’ancien français. Le mot tennis est donc directement apparenté au verbe français tenir. Paradoxalement, en 1370, le mot est implanté dans le vocabulaire italien par les chevaliers français sous la forme tenes, mais il ne se maintiendra pas jusqu’à aujourd’hui (voir réf. [2] 752, [3] 627, 629).

Le mot tennis n’est pas l’unique croisement lexical que l’on a entre le français et l’anglais. Il en existe encore beaucoup, et on peut citer deux exemples de plus avec les mots stress (de l’anglais stress, aphérèse* de distress ‘détresse’, emprunté au vieux-français destrece ‘détresse’) et budget (de l’anglais budget, du vieux-français bougette ‘bourse’) (voir réf. [2] 98, 221, 721 [3] 92).

turc → français → turc 
Le mot turc türban ‘turban’ désigne un couvre-chef fait de tissu fin. Ce mot a été emprunté au français turban. Le français est en effet l’une des langues qui a le plus influencé le turc (après l’arabe et le persan), avec environ 5 000 mots de français dans le vocabulaire turc. Ce que l’on sait moins, c’est que le mot français turban avait d’abord été emprunté au turc. Il s’agit d’une altération du mot turc tülbent, qui désigne le turban. Comme le français avec tennis ou stress, le turc a donc emprunté un mot à une langue étrangère que celle-ci lui avait d’abord emprunté ! Pour l’anecdote, le turc tülbent (qui a aussi donné le nom de la fleur tulipe en français) est également un emprunt puisqu’il vient du persan dūl-band (voir réf. [2] 787, 788, [3] 656).

persan → arabe → persan
À l’instar du français et de l’anglais, il existe plusieurs exemples de croisements lexicaux assez évidents entre la langue persane et la langue arabe. Le mot persan ǰawhar ‘bijou’ (utilisé avec le sens de ‘encre’ dans la langue contemporaine) a été emprunté à l’arabe ǰawhar, mais avant cela, ce dernier avait été emprunté au persan gowhar (de même sens), qui est un mot hérité qui remonte au moyen-perse gōhr. Quelques autres exemples sont le persan fārsi ‘persan, farsi’ qui n’est rien d’autre que la prononciation arabe du mot historique pārsi, qui vient du moyen-perse pārsig (voir réf. [4] 1057, [1] 36) !

Sauf cas exceptionnels pour lesquels une langue est géographiquement isolée de tout contact extérieur, on peut dire que l’emprunt lexical est inhérent au fait langagier. Il s’agit d’un phénomène courant et inévitable dans les langues du monde. Même les langues influentes telles que le latin classique, l’arabe (coranique, classique ou moderne), le turc, le français ou l’anglais fourmillent d’emprunts, et ce malgré les efforts des académies pour les éviter. Ce billet est donc une lucarne ouverte vers le passé qui nous a permis d’observer le parcours de quelques emprunts qui comptent probablement parmi les plus intéressants.

Vocabulaire utile

AphérèseTroncation d’un ou plusieurs sons dans le début d’un mot, par exemple autobusbus. Cette notion s’oppose à l’apocope, qui est la troncation d’un ou plusieurs sons à la fin d’un mot (télévisiontélé).
Allongement compensatoireAllongement d’une voyelle provoqué par la perte d’une consonne qui suit.
itr.« intransitif », désigne un verbe qui ne prend pas d’objet direct (ex. marcher, courir), par opposition à « transitif », qui désigne un verbe qui prend un objet direct (ex. aimer, regarder).
CognatsMots qui remontent étymologiquement à une source commune plus ancienne, par exemple le français pied et l’anglais foot (tous deux, via le latin pour le français et le proto-germanique pour l’anglais, remontent à l’indo-européen *pod-/*ped-).

Dorian Pastor, doctorant de l’ENS-PSL, enseignant de turcique de l’Orkhon

Dorian Pastor rédige actuellement une thèse à l’Université PSL – Paris sciences et lettres, dans le cadre de l’ED540 – École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales, en partenariat avec AOROC – Archéologie et philologie d’Orient et d’Occident et de l’ENS – École normale supérieure depuis 2021. Ses thèmes de recherches sont la linguistique des langues iraniennes et la linguistique des langues turciques. Sa thèse s’intitule « Le persan du XXIe siècle : études de la langue vernaculaire ». En 2021-2022, il a assuré le cours « Le turcique de l’Orkhon : étude des inscriptions runiformes du VIIIe siècle » au sein de l’ILARA

Pour aller plus loin

Vidéo de Dorian Pastor consacrée au turcique de l’Orkhon, dans le cadre des vidéos Ouvertures de l’ILARA en ligne.

Références

[1] =

Mackenzie, David N. (1971). A Concise Pahlavi Dictionary. New York : Routledge.

[2] =

Klein, Ernest (1971) Klein’s Comprehensive Etymological Dictionary of the English Language Dealing with the Origin of Words and their Sense Development thus Illustrating the History of Civilization and Culture. Amsterdam – Boston – London – New York – Oxford – Paris – San Diego – San Francisco – Singapore – Sydney – Tokyo : Elsevier.

[3] =

Bloch, Oscar & Wartburg, von Walther (2018). Dictionnaire étymologique de la langue française. Paris: Quadrige / PUF (1ère édition, 1932, Paris : PUF)

[4] =

Vullers, Johann August (1856-1864). Lexicon Persico-Latinum etymologicum cum linguis maxime cognatis Sanscrita et Zendica et Pehlevica comparatum, e lexicis persice scriptis Borhâni Qâtiu, Haft Qulzum et Bahâri agam et persico-turcico Farhangi-Shuûrî confectum, adhibitis etiam Castelli, Meninski, Richardson et aliorum operibus et auctoritate scriptorum Persicorum adauctum. Vol. 2. Bonn : Adolf Marcus.

[5] =

(1933). The Oxford English Dictionary: Being Corrected Re-Issue With an Introduction, Supplement, and Bibliography of a New English Dictionary on Historical Principles. The Philological Society. Vol. 5, H-K. Oxford : Clarendon Press.

[6] =

Erdal, Marcel (1991). Old Turkic Word Formation. Wiesbaden : Harrassowitz.

[7] =

Trésor linguistique de la langue française. CNRTL (Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales).



Citer ce billet
ilara (2023, 23 janvier). Langues anciennes, langues modernes. Le destin des mots dans l’espace et le temps. ILARA, l’Institut des langues rares. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3a9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search