Les tubes-pendentifs de la XXIIe dynastie égyptienne

Pendentif ; amulette ; boîte cylindrique, -943 / -731 (XXIIe dynastie). Musée du Louvre, salle 317 du niveau 0 de l’aile Sully. © Rama / CC BY-SA 3.0 FR.

par Andréas Stauder

Deux tubes-pendentifs de la XXIIe dynastie égyptienne contenaient des papyrus de protection et sont inscrits de paroles prononcées par Amon-Rê et Isis la grande.

Ces deux tubes-pendentifs en or, datant de la XXIIe dynastie égyptienne (945 à 715 av. n.è.), reproduisent un type de talisman qui contenait des papyrus pour la protection de celui qui les portait. Les étuis sont inscrits de paroles prononcées par Amon-Rê, roi des dieux, et par Isis la grande, mère du dieu, respectivement : 

« Puisse-t-il accomplir une protection parfaite pour Chaqa, juste-de-voix » et « Puisse-t-elle garder Chaqa, juste-de-voix ».

Ainsi que l’indique son nom, le bénéficiaire, Chaqa (les voyelles sont inconnues ; le ‘a’ est inséré par convention), est d’origine libyque. Cette origine non-égyptienne est également reflétée dans l’écriture elle-même par un type de graphies particulières servant à transcrire les sons des noms étrangers, et par le signe du bâton de jet (le signe vertical recourbé devant l’homme assis). Ce dernier signe, qui n’est pas prononcé, marque le nom comme étranger.

La XXIIe dynastie égyptienne est constituée de rois d’ascendance libyque, régnant depuis le Delta, dans le nord de l’Égypte. Préservant des traits libyques (par exemple l’insistance sur les longues généalogies et diverses traditions politiques), ces rois sont par ailleurs pleinement intégrés dans la culture égyptienne, qu’ils revendiquent comme la leur. Le tube-pendentif l’illustre à sa manière : texte prononcé par des dieux égyptiens et inscrits en écriture hiéroglyphique, au bénéfice d’un individu dont l’ascendance libyque est clairement affichée.

Les contacts avec les contrées à l’ouest de l’Égypte n’ont jamais cessé depuis l’époque préhistorique. Ils sont manifestes par exemple par des mots d’emprunt d’origine libyque qui sont entrés dans la langue égyptienne ancienne à diverses époques (et sans nul doute par des emprunts en sens inverse). À un niveau plus ancien encore, la langue égyptienne ancienne et les langues formant aujourd’hui le groupe berbère ou amazigh sont apparentées puisqu’elles appartiennent à la même famille dite « afro-asiatique ». Outre le groupe égyptien-copte et le groupe berbère / amazigh, cette vaste famille comprend également les langues sémitiques (comme l’arabe, l’hébreu ou l’akkadien), les langues couchitiques (comme l’oromo en Éthiopie) et les langues tchadiques (comme le haoussa au Tchad).

L’écriture égyptienne émerge à la fin du IVe millénaire av. n. è. alors que se développe une culture visuelle de plus en plus raffinée, toutes deux en relation à l’affichage d’un pouvoir royal qui se constitue alors. En dépit d’une apparence stable, l’écriture égyptienne ne cesse d’évoluer pendant les millénaires de son histoire. Les raisons sont multiples : la diversification et l’évolution des contextes sociaux et culturels, les changements affectant la langue, l’égyptien ancien, qu’elle transcrit et les mutations des idéologies définissant les rôles et statuts de l’écriture.

L’écriture égyptienne se manifeste en diverses formes. L’écriture hiéroglyphique (illustrée par le tube-pendentif) est employée sur support pérenne et avec des fonctions sacralisantes. L’hiératique, une cursive qui se développe à partir de 2800 av. n.è., est l’écriture la plus communément employée : dans les textes de la pratique (lettres, contrats, comptes, administration), dans les textes du savoir (médico-religieux, rituel, mathématique) et pour noter la littérature. Le démotique, qui se développe à partir de 650 av. n.è., présente un degré de cursivité supplémentaire.

Toutes ces écritures sont des écritures complexes, combinant des signes phonétiques (qui notent des sons) avec des signes sémographiques (qui notent des mots et/ou des significations). Le copte, état plus récent de la langue égyptienne, sera noté avec un alphabet grec augmenté de sept signes démotiques. Le changement radical dans le système d’écriture accompagne un changement non-moins radical au niveau culturel, avec, en particulier, l’adoption de la religion chrétienne.

Les objets sont hauts de 5,8 cm avec un diamètre de 1,4 cm. Les signes sont incisés dans l’or à l’aide d’une pointe et d’un objet servant de marteau. Les étuis sont actuellement visibles au musée du Louvre, en salle 317 du niveau 0 de l’aile Sully.

Andréas Stauder, directeur dʼétudes de lʼEPHE-PSL, chaire dʼégyptien

Andréas Stauder a étudié les langues et civilisations proche-orientales anciennes à l’Université de Genève (égyptologie, assyriologie, hébreu biblique, sanskrit), et, en parallèle, la composition musicale au Conservatoire Supérieur de Musique de Genève (Prix de composition, 2001).

Après un doctorat en égyptologie à l’Université de Bâle (2007) et des postdoctorats à Chicago et à Bâle, il a été élu directeur d’études à l’EPHE – PSL sur la chaire « égyptien » en 2014.

Andréas Stauder est éditeur scientifique de la section « Language, Writing, Text » de la UCLA Encyclopedia of Egyptology. Ses travaux portent principalement sur la linguistique de l’égyptien-copte, les écritures égyptiennes (premiers développements, aspects visuels), la poésie moyen égyptienne, et l’histoire des discours écrits en Égypte aux IIIe et IIe millénaires avant notre ère.

Pour aller plus loin

Fiche du musée du Louvre consacrée à l’objet.

Vidéo d’Andréas Stauder consacrée à l’écriture hiéroglyphique à travers l’histoire, dans le cadre du Cycle des écritures dans les mondes anciens de l’ILARA en ligne.



Citer ce billet
ilara (2022, 16 décembre). Les tubes-pendentifs de la XXIIe dynastie égyptienne. ILARA, l’Institut des langues rares. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3a7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search