Mondes turcique, caucasique et iranien

L’Asie occidentale et centrale, qui comprend la péninsule d’Anatolie, les montagnes du Caucase, le Plateau iranien et les vallées fertiles de la Transoxiane, est parmi les lieux des premiers établissements humains. En raison de son histoire mouvementée, qui a vu différentes civilisations, états et empires se rencontrer pendant des milliers d’années, cette zone géographique possède aujourd’hui une remarquable richesse culturelle et linguistique.

Plus de la moitié des locuteurs de langues turciques et iraniennes modernes habitent actuellement dans cette aire géographique, y compris ceux du turc, de l’ouzbek et de l’azéri, langues turciques les plus grandes en nombre de locuteurs, ainsi que ceux du persan, une langue à tradition littéraire ininterrompue depuis 2 500 ans.

Dans le Caucase, décrit comme « la montagne des langues » par les anciens voyageurs, plus de 60 langues sont parlées sur une superficie de 400 000 km². La plupart appartiennent à des familles linguistiques que l’on ne trouve qu’ici et, pour des raisons géographiques, ont été historiquement parlées dans un isolement relatif (certains même limités à un seul village), avec très peu de, voire aucune, intercompréhension aujourd’hui. Malgré une telle répartition limitée, la plupart des langues du Caucase sont loin d’être considérées comme menacées.

Deux langues de l’aire – le géorgien et l’arménien, tous les deux ayant des systèmes d’écriture uniques – ont des traditions littéraires écrites remontant au Ve siècle de n. è.

Les langues anciennes éteintes de la région, telles que l’élamite, l’urartéen et les langues anatoliennes, continuent à susciter l’intérêt des chercheurs. L’ILARA propose des cours de géorgien classique et d’arménien classique, ainsi qu’un cours qui couvre une série de langues turciques moins connues parlées dans et hors de l’Asie occidentale et centrale. D’autres cours sur les langues de l’aire sont proposés dans le cadre des séminaires assurés à l’EPHE–PSL.

Western and Central Asia, which includes the Anatolian Peninsula, the Caucasus Mountains, the Iranian Plateau and the fertile valleys of Transoxiana, is among places of the earliest human settlement. Due to its eventful history, which has witnessed different civilisations, states and empires encountering each other for thousands of years, this geographical area today possesses remarkable cultural and linguistic richness.

This geographical area is currently home to over half of all speakers of modern Turkic and Iranian languages, including Turkish, Uzbek and Azeri, the Turkic languages with the largest number of speakers, as well as Persian, a language of 2,500 years of uninterrupted literary tradition.

In the Caucasus, known as “the mountain of languages” to early travellers, over 60 languages are spoken in an area covering 400,000 km². Most of them belong to language families found only here and, due to geographical reasons, have historically been spoken in relative isolation (some even limited to a single village), being therefore hardly, if at all, mutually intelligible today. Despite such limited spread, most languages of the Caucasus are far from being considered endangered.

Two local languages – Georgian and Armenian, both having unique writing systems – have written literary traditions dating back to the 5th century CE.

Extinct ancient languages of the area, such as Elamite, Urartian and Anatolian languages, continue to arouse scholarly interest. ILARA offers courses in Classical Georgian and Classical Armenian, as well as in a series of lesser-known Turkic languages spoken in and outside of Western and Central Asia. More courses on the languages of the area, including indigenous ones, are offered are part of seminars conducted at the EPHE–PSL.