Proche-Orient ancien

Le Proche-Orient se caractérise par un ensemble de traditions écrites sur plus de cinq millénaires, depuis le sumérien, sans doute la langue la plus anciennement mise par écrit. Diverses langues parmi les plus anciennes de la région sont des isolats (sans parenté connue) : ainsi le sumérien, l’élamite ou l’hourrite. De nombreuses autres langues de la région appartiennent à la branche sémitique du phylum afroasiatique, ainsi l’akkadien, l’hébreu ou l’araméen, tandis que le hittite ou le louvite, en Turquie actuelle, appartiennent à la branche anatolienne des langues indo-européennes.

Les langues anciennes sont connues par leurs réalisations écrites, généralement dans des écritures cunéiformes diverses pour les langues plus anciennes (sumérien, akkadien, etc.), généralement dans des écritures dérivées du protosinaïtique pour les langues relativement plus récentes (araméen, hébreu, arabe, etc.). Le Proche-Orient connaît aussi – et c’est là un phénomène majeur dans la région – la notation de langues avec des écritures empruntées à d’autres langues (allographie) : le garshuni désigne ainsi de l’arabe en écriture syriaque.

Si certaines langues anciennes du Proche-Orient, comme le sumérien, l’akkadien ou le hittite, se sont éteintes au cours de l’histoire, elles ont laissé d’importants corpus écrits ; d’autres, comme l’hébreu, l’araméen, ou l’arabe ont évolué en des variétés de langues anciennes et modernes.

Cette année, l’ILARA propose des cours rares parmi ces langues rares :

  • un cours d’amorrite, une langue parlée en Syrie et en Mésopotamie entre la fin du IIIe millénaire et le début du IIe millénaire av. n. è., mais apparentée aux langues sémitiques occidentales comme l’ougaritique ou l’araméen.
  • un cours de judéo-arabe classique, la langue littéraire des Juifs du monde arabe médiéval dans laquelle fut rédigée une partie importante de la littérature rabbinique.
  • un cours d’initiation à l’emesal, un dialecte du sumérien également appelé la « langue des femmes » et usité dans la Mésopotamie des IIe et Ier millénaires avant n. è.
  • un cours de phrygien, une langue parlée en Anatolie au Ier millénaire av. n. è.,  étroitement apparentée au grec
  • un cours de louvite hiéroglyphique, une langue anatolienne parlée entre le XVe et le VIIIe siècles av. n. è.
  • un cours de langues anatoliennes, un panorama des langues et des cultures de l’Anatolie occidentale et méridionale du Ier millénaire av. n. è. à partir d’un corpus épigraphique.

Veuillez également consulter le site web de l’EPHE–PSL pour découvrir plus de cours en langues du Proche-Orient.

The Near East is characterized by an array of written traditions spanning over more than five millennia, starting with Sumerian, arguably the oldest written language. Several of the oldest languages of the region are isolates (of no known relationship), such as Sumerian, Elamite or Hurrian. Many other languages of the region belong to the Semitic branch of the Afroasiatic phylum, such as Akkadian, Hebrew or Aramaic, while Hittite or Luwian, in present-day Turkey, belong to the Anatolian branch of Indo-European languages.

Ancient languages ​​are known through written attestations, generally in various cuneiform scripts for older languages (Sumerian, Akkadian, etc.) and generally in writings derived from Proto-Sinaitic for relatively recent languages (Aramaic, Hebrew, Arabic, etc.). The Near East also has the tradition of – and this is a major characteristic ​​of the region – writing languages via systems borrowed from other languages (allography): Garshuni thus designates Arabic written in Syriac script.

While some ancient languages ​​of the Near East, such as Sumerian, Akkadian or Hittite, have died out over the course of history, they have left behind significant written corpora; others, like Hebrew, Aramaic or Arabic, have evolved into varieties of ancient and modern.

This year, ILARA offers rare courses in these precious languages:

  • a course in Amorite, an ancient Semitic language of the Fertile Crescent, spoken in Syria and in Mesopotamia between the end of the 3rd millennium and the beginning of the 2nd millennium BCE but related to West Semitic languages, to which also belong Ugaritic and Aramaic.
  • a course in Classical Judeo-Arabic, the literary language of the Jews of the medieval Arab world, in which an important part of rabbinical literature was written.
  • an introductory course in Emesal, a dialect of Sumerian also known as “the language of women” and used in Mesopotamia in the 2nd and 1st millennia BCE
  • a course in Phrygian, a language spoken in Anatolia in the 1st millennium BCE, closely related to Greek
  • a course in Hieroglyphic Luwian, an Anatolian language spoken between the 15th and 8th centuries BCE
  • a cours in Anatolian languages: an overview of the languages and cultures of western and southern Anatolia of the 1st millennium BCE via epigraphic corpora.

See the EPHE – PSL website for more courses in Near Eastern languages.