Langues berbères

Autodocumentation des langues amazighes (berbères) en danger – Massinissa Garaoun et Amina Mettouchi (EPHE-PSL, LLACAN)

24 heures, les mardis de 17 h à 19h, Campus Condorcet (salle précisée ultérieurement) ; il sera également possible de suivre le cours en visioconférence.

Premier cours le 27 octobre 2020

Présentation

Ce cours concerne toutes les langues berbères, notamment celles qui sont en danger.

Les langues amazighes (également appelées berbères) sont parlées dans une vaste zone, Tamazgha, qui s’étend des îles Canaries au Nil et de la Méditerranée au Sahel. Ces langues autochtones sont de plus en plus menacées. Il est urgent que les locuteurs eux-mêmes s’engagent dans la constitution d’un patrimoine audio-visuel de leur propre région, dans le but de préserver leurs langues et cultures pour les générations à venir.

Le berbère est une branche du phylum chamito-sémitique, c’est une famille de langues dont la variation interne est comparable à celle des langues romanes (glottocode global = berb1260). Les supports fournis à titre d’exemple et d’illustration seront principalement dans les langues suivantes :

– tasahlit (langue amazighe du massif des Babors – Algérie) ; glottocode le plus proche : less1241

– tarighit (langue amazighe des oasis de l’Oued Righ – Algérie) ; glottocode (partiel) : tema1243

Toutes les langues africaines (dont les langues amazighes) parlées ou étudiées par les étudiants font a priori partie des langues concernées par ce cours.

Contenu du cours 

La formation mettra en avant les principes et les méthodes permettant une auto-documentation de qualité. Elle sera essentiellement méthodologique. Après une introduction générale sur les langues en danger et les principes de l’auto-documentation (par A. Mettouchi), la formation sera assurée par M. Garaoun, et portera sur la mise en œuvre d’une dynamique locale d’auto-documentation, avec sur le plan pratique : de la formation à la prise de son, prise de vues, au montage vidéo, et à la gestion de réseaux sociaux. La question de l’archivage sera également abordée.

Tous publics, pas de prérequis. Le cours est ouvert aux locuteurs d’autres langues africaines. Travail personnel : montage d’un petit film d’auto-documentation avec préparation des supports de communication associés, et constitution d’un plan de conservation de la documentation primaire.

Bibliographie

En ligne: http://nflrc.hawaii.edu/ldc/

En français :

Evans, N. (2012). Ces mots qui meurent. Les langues menacées et ce qu’elles ont à nous dire. La Découverte.

Grinevald, C., & Bert, M. (2010). Linguistique de terrain sur langues en danger: locuteurs et linguistes. Faits de langues (Peeters), (N°35-36).

Nettle, D., Romaine. 2003 Ces langues, ces voix qui s’effacent: menaces sur les langues du monde. Éditions Autrement.

En anglais :

Austin, P. K., & Sallabank, J. (Eds.). (2011). The Cambridge handbook of endangered languages. Cambridge University Press.

Essegbey, J., Henderson, B., & Mc Laughlin, F. (Eds.). (2015). Language documentation and endangerment in Africa (Vol. 17). John Benjamins Publishing Company.

Evans, N. (2009). Dying words: Endangered languages and what they have to tell us (Vol. 6). John Wiley & Sons.

Rehg, K. L., & Campbell, L. (Eds.). (2018). The Oxford handbook of endangered languages. Oxford University Press.

Thieberger, N., & Thieberger, N. (Eds.). (2012). The Oxford handbook of linguistic fieldwork. Oxford University Press.

Ulrike, J. G. N. P. H. (2006). Essentials of language documentation (Vol. 178). Walter de gruyter.