Cycle « Les écritures dans les mondes anciens »

Coordination : Andréas Stauder (EPHE-PSL)

Inscription obligatoire sur l’Eventbrite de l’EPHE pour chaque conférence du cycle. Le lien Zoom vous sera transmis juste avant la réunion.

L’écriture a été inventée, de manière indépendante, en plusieurs endroits et dans des contextes toujours différents : en Mésopotamie et en Égypte à la fin du IVe millénaire, dans le monde égéen et en Chine au IIe millénaire, dans la vallée de l’Indus au IIIe millénaire, en Amérique centrale au Ier millénaire avant notre ère. Par des chemins multiples, les écritures alphabétiques diverses dérivent de ces premières traditions écrites. Autant que des outils de notation linguistique, les écritures sont des modes de communication visuelle et des marqueurs d’identités culturelles, reflétant les sociétés anciennes qui les ont créées, transmises et transformées.

Ce cycle de douze conférences présente une partie de ces écritures et la richesse de leur histoire. Les conférences, données par des spécialistes des écritures en question, s’adressent à un public large.

Programme

12 janvier 2022

  • Olivier Venture (EPHE-PSL), L’écriture chinoise du XIIIe siècle av. n. è. au IIIe siècle de n. è.

Olivier Venture occupe la direction d’études « Épigraphie et paléographie de la Chine préimpériale » à l’École pratique des hautes études (EPHE – PSL), où il enseigne au sein de la Section des sciences historiques et philologiques depuis 2005.

Après un séjour de quatre ans en Chine pour se former à l’épigraphie et à la paléographie dans les universités de Pékin et du Jilin, il soutient en 2002 un doctorat à l’Université Paris- Diderot intitulé : « Étude d’un emploi rituel de l’écrit dans la Chine archaïque (XIIIe – VIIIe siècle av. n. è.) – réflexion sur les matériaux épigraphiques des Shang et des Zhou occidentaux ».

Ses recherches portent principalement sur l’écriture et ses usages dans la Chine ancienne. Parmi ses travaux, on peut citer : « L’écriture et la communication avec les esprits en Chine ancienne » (BMFEA, n°74, 2004), « La question des ‘‘écritures chinoises’’ à l’époque des Royaumes combattants » (Arts asiatiques, n°61, 2006), « Looking for Chu People writing habits » (Asiatische Studien, LXIII-4, 2009), « Cités et inscriptions en Chine du XIIIe au IIIe siècle avant notre ère » (Les premières cités et la naissance de l’écriture, Actes Sud, 2011) ou « La question de l’origine de l’écriture chinoise » (Écritures V, Presses Sorbonne Nouvelle, 2019).


26 janvier 2022

  • Alessia Bauer (EPHE-PSL), Les peuples germaniques et leur écriture : les runes

Après l’obtention de la Maîtrise d’études allemandes, avec la spécialisation en littérature vieille-allemande à l’Université Ca’ Foscari (Venise, Italie), Alessia Bauer a poursuivi des recherches doctorales pluridisciplinaires sur la runologie à l’Université de Göttingen (Allemagne), soutenant sa thèse en 2001 sur les Runica manuscripta, c’est-à-dire le phénomène des inscriptions runiques dans les manuscrits.

En 2012, elle a obtenu l’habilitation à diriger des recherches en littérature norroise avec une thèse sur la vision du monde en Islande au début de l’époque moderne. Elle a été élue directrice d’études à l’EPHE – PSL sur la chaire « Études scandinaves » en 2019.

Ses domaines de recherche sont en particulier la runologie (en tant qu’étude de premières attestations des langues germaniques au sein d’une culture essentiellement orale), le passage de l’oralité à la literacy au Nord de l’Europe et la culture manuscrite durant le Moyen Âge scandinave.


9 février 2022

  • Andréas Stauder (EPHE-PSL), L’écriture hiéroglyphe à travers l’histoire : 3200 av. n. è. – 394 de n. è.

Andréas Stauder a étudié les langues et civilisations procheorientales anciennes à l’Université de Genève (égyptologie, assyriologie, hébreu biblique, sanskrit), et, en parallèle, la composition musicale au Conservatoire Supérieur de Musique de Genève (Prix de composition, 2001).

Après un doctorat en égyptologie à l’Université de Bâle (2007) et des postdoctorats à Chicago et à Bâle, il a été élu directeur d’études à l’EPHE – PSL sur la chaire « égyptien » en 2014.

Andréas Stauder est éditeur scientifique de la section « Language, Writing, Text » de la UCLA Encyclopedia of Egyptology. Ses travaux portent principalement sur la linguistique de l’égyptien-copte, les écritures égyptiennes (premiers développements, aspects visuels), la poésie moyen égyptienne, et l’histoire des discours écrits en Égypte aux IIIe et IIe millénaires av. n. è.


16 février 2022

  • Robert Hawley (EPHE-PSL), Le périple de l’alphabet au IIe millénaire av. n. è. : de ses origines marginales jusqu’à son institutionnalisation au niveau d’un État

Après dix ans passés au CNRS, Robert Hawley travaille depuis 2017 à l’EPHE – PSL où il occupe la chaire « Religions et cultures du Levant ancien » (Section des Sciences Religieuses).

Spécialiste des écritures, langues et littératures ouestsémitiques anciennes (ougaritiques, phéniciennes, hébraïques, araméennes), il s’intéresse en particulier aux questions de l’évolution diachronique des alphabets et de la transmission du vocabulaire technique dans ces domaines linguistiques.

Quelques publications récentes : « Akkadian and alphabetic cuneiform » (avec C. Roche-Hawley), dans : History of the Akkadian language (éd. Vita), Leiden, 2021, p. 75-102 ; « Étude sur le vocabulaire syriaque des ingrédients de la thériaque », dans : La thériaque, Histoire d’un remède millénaire (éd. Boudon-Millot & Micheau), Paris, 2020, p. 163-247 ; « Ugaritic » et « Phoenician and Punic » (ce dernier avec F. Briquel Chatonnet), dans : A companion to the ancient Near Eastern languages (éd. Hasselbach), Malden, 2020, p. 257-278, 297-318.


9 mars 2022

  • Wouter Henkelman (EPHE-PSL), Lire l’élamite à Persépolis : les Perses et la tradition de l’écriture en Iran

Wouter F.M. Henkelman est maître de conférences à l’EPHE – PSL.

Il est spécialisé, entre autres, dans les sources élamites achéménides de l’empire perse et, à ce titre, il participe à l’édition des textes « des Fortifications » de Persépolis ainsi qu’à celle de la version élamite des inscriptions de Bisotun de Darius Ier.


23 mars 2022

  • Claude Rilly (LLACAN), De l’égyptien au méroïtique. Création d’une écriture africaine

Claude Rilly est reconnu comme le principal spécialiste du méroïtique, la langue antique du Soudan, dont le déchiffrement est encore en cours. Il est actuellement directeur de recherche au laboratoire LLACAN du CNRS, une unité spécialisée sur les parlers d’Afrique.

De 2009 à 2014, il a dirigé la SFDAS (Section française de la Direction des Antiquités du Soudan), l’institut archéologique français à Khartoum. Depuis 2008, il est directeur de la mission archéologique française de Sedeinga, en Nubie soudanaise. Il est l’auteur de plusieurs monographies sur la langue méroïtique et d’une Histoire du Soudan, des origines à la chute du sultanat Fung. Depuis 2019, il occupe à l’EPHE – PSL (section des Sciences historiques et philologiques) à Paris une direction d’études intitulée « Langue et civilisation méroïtique ».


6 avril 2022

  • Marc Smith (École nationale des chartes – PSL / EPHE-PSL), L’écriture latine, de la république romaine aux royaumes barbares

Marc Smith, archiviste paléographe, docteur en histoire, président du Comité international de paléographie latine, est directeur d’études à l’École nationale des chartes et à l’EPHE – PSL où il enseigne la paléographie et l’histoire de l’écriture en caractères latins, des origines à l’époque contemporaine.

Ses recherches portent sur l’évolution des formes et fonctions de l’écriture dans son contexte social, culturel et technique. Il prépare actuellement un catalogue et une histoire des modèles d’enseignement de l’écriture en France depuis la fin du Moyen Âge jusqu’au Premier Empire.


20 avril 2022

  • Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL), Observations sur les écritures d’Asie Centrale au Ier millénaire de n. è.

Georges-Jean Pinault est professeur des universités depuis 1994, et directeur d’études à l’EPHE – PSL, Section des Sciences historiques et philologiques, Paris, depuis 1999. Il y occupe la chaire de philologie des textes bouddhiques d’Asie centrale.

Son travail se concentre sur le bouddhisme tocharien et sur des textes parallèles écrits dans d’autres langues d’Asie centrale, entre autres le sanskrit et le vieux-turc.

Il édite actuellement les manuscrits tochariens de la collection Pelliot, conservés à la Bibliothèque nationale de France. Outre la lecture et l’interprétation de textes tochariens de différentes collections, ses publications comprennent des études linguistiques sur tous les aspects des deux langues tochariennes.

Son domaine d’expertise couvre également la linguistique historique et comparée de plusieurs langues indo-européennes, notamment celles du groupe indo-iranien. Il est le chercheur principal du projet « History of Tocharian textes of the Pelliot Collection » (HisTochText), 2018-2024, soutenu par le Conseil européen de la recherche (Advanced Grant, Action number 788205). Sa bibliographie se trouve sur le site de l’EA 2120, Groupe de Recherches en Études Indiennes (GREI) de l’EPHE – PSL.


11 mai 2022

  • Daniel Stökl Ben Ezra (EPHE-PSL), L’univers des écritures attestées dans les rouleaux de la mer Morte

Daniel Stökl Ben Ezra (PhD, Jérusalem, 2001) est directeur d’études sur la chaire « Langue, littérature, épigraphie et paléographie hébraïque et araméenne (4e siècle avant – 4e siècle après JC) » à l’EPHE – PSL.

Ses recherches portent sur les manuscrits de la mer Morte, la littérature rabbinique ancienne et les humanités numériques. Ses publications imprimées incluent Diversity and Rabbinization (avec G. McDowell et R. Naiweld, Cambridge 2019), Scriptures, Sacred Traditions and Strategies of Religious Subversion (avec M. Blidstein et S. Ruzer, Tübingen 2018), Qumran (Stuttgart/Tübingen 2016), L’identité à travers l’éthique (avec K. Berthelot et R. Naiweld, Leiden 2015), Mischna Bikkurim (Jerusalem 2011), Aramaica Qumranica (avec K. Berthelot, Leiden 2008) et The Impact of Judaism on Ancient Christianity (Tübingen 2003).

Ses publications électroniques incluent la base de données THALES, THesaurus Antiquorum Lectionariorum Ecclesiae Synagogaeque, et l’édition numérique de la Mishna (codirigée avec H. Lapin) avec une traduction française en cours (codirigée avec R. Naiweld et L. Vana) ainsi que la plateforme open-source eScriptorium pour la transcription automatique de manuscrits (avec P. Stokes, M. Bui, B. Kiessling et R. Tissot).


18 mai 2022

  • Sophie Minon (EPHE-PSL), Les écritures en Grèce antique : des pictogrammes du disque de Phaistos (vers 1700 av. n. è.) à la réforme alphabétique de 403 av. n. è. à Athènes

Agrégée de Grammaire (1988), Sophie Minon a soutenu à l’EPHE – PSL une thèse intitulée Les tablettes éléennes du VIe et du Ve siècle av. J.-C. Édition, étude dialectologique et historique (1994), dont elle a publié une version augmentée, en deux volumes, sous le titre : Les inscriptions éléennes dialectales (VIe – IIe s. av. J.-C.). I. Textes. II. Grammaire et vocabulaire institutionnel (2007).

Une année de délégation au CNRS (2007-2008) à l’Institute for Advanced Studies de Princeton lui a permis de mener à bien en vue de l’habilitation la recherche qu’elle a soutenue en 2009, avec L. Dubois comme garant, sous le titre : Les dialectes d’Argos et d’Épidaure au contact de l’attique puis de la koinè, de l’époque classique à la fin du Haut-Empire. Élue professeur à Lyon en 2013, membre senior de l’I.U.F. en 2014, puis directeur d’études à l’EPHE – PSL, en 2015, sur la chaire de Dialectologie grecque, elle est actuellement responsable du projet LGPN-Ling de dictionnaire étymologique et sémantique des noms de personnes du Lexicon of Greek Personal Names d’Oxford (dir. R. Parker), qui a été sélectionné en 2017 par l’Agence nationale de la recherche.


1 juin 2022

  • Emmanuel Dupraz (EPHE-PSL / ULB), La langue et l’épigraphie osques entre Rome et le monde grec (IVe siècle av. n. è. – Ier siècle de n. è.)

Emmanuel Dupraz, professeur chargé de cours à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et directeur d’études à l’EPHE – PSL, est spécialiste des langues et des épigraphies de l’Italie ancienne et des aires celtiques continentales.

Ses travaux combinent une perspective strictement linguistique, orientée notamment vers la syntaxe, avec une étude des contextes sociaux d’usage de l’écriture. Il est notamment l’auteur de trois monographies consacrées à l’osque et à l’ombrien, les deux principales langues du groupe dit sabellique, proche parent du latin.


15 juin 2022

  • Michaël Guichard (EPHE-PSL), La longue histoire de l’écriture cunéiforme en Mésopotamie

Michaël Guichard a été élu directeur d’études sur la chaire « Histoire et Philologie de la Mésopotamie » à l’EPHE – PSL en 2014.

Ses travaux sont consacrés à l’édition des « archives » de Mari, et en particulier à la riche correspondance des vassaux et cités du Haut Habur (Nord de la Syrie).

D’autres documentations provenant d’Irak (Ešnunna, Larsa) et la collection cunéiforme des Hautes Études (le fonds René Labat) occupent ses recherches actuelles.

La publication du poème épique akkadien, l’un des plus anciens connus à ce jour, l’Épopée de Zimri-Lim, lui a valu le prix Saintour de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en 2016. Son enseignement à l’EPHE – PSL traite de l’histoire politique et culturelle des royaumes amorrites au début du IIe millénaire (« le monde de Mari ») et de la littérature en langue sumérienne et akkadienne.  

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search