Les langues turciques

Initiation aux langues turciques – Murad Suleymanov (EPHE-PSL, INaLCO, UMR 7192)

36 heures, les jeudis de 16h00 à 17h30.

Le cours sera donné en visioconférence. Le lien de connexion sera transmis par l’enseignant aux personnes inscrites.

Premier cours le 21 octobre 2021

Présentation :

Cours d’initiation aux langues suivantes (ordre alphabétique) :

  • bachkir (glottocode : bash1264) – langue kiptchak – Russie/Volga
  • kachkaï (glottocode : qash1240) – langue oghouze – Iran
  • karaïm (glottocode : kara1464) – langue kiptchak – Ukraine, Lituanie
  • karatchaï-balkar (glottocode : kara1465) – langue kiptchak – Russie/Caucase
  • khaladj (glottocode : turk1303) – langue arghou – Iran
  • kirghiz (glottocode : kirg1245) – langue altaï du nord – Kirghizstan
  • ouroum (code non attribué) – langue oghouze – Géorgie
  • salar (glottocode : sala1264) – langue oghouze – Chine
  • tchouvache (glottocode : chuv1255) – langue oghour – Russie/Volga
  • touvain (glottocode : tuvi1240) – langue saïanique – Russie/Sibérie
  • turkmène (glottocode : turk1304) – langue oghouze – Turkménistan
  • yakoute (glottocode : yaku1245) – langue « sibérienne » – Russie/Extrême-Orient

Les langues oghouz sont représentées dans ce cours par le salar, le turkmène, le kachkaï, et l’ouroum. Le salar, génétiquement une langue oghouz, a été parlé depuis plusieurs siècles en Chine, en contact étroit avec le tibétain, ce qui a abouti à une transformation du système grammatical hérité turcique. Le turkmène, une langue à statut officiel, reste néanmoins peu connue des chercheurs et du grand public à cause de l’accessibilité limitée au terrain. Le kachkaï est la langue turcique la plus méridionale, à tradition orale, parlée loin des langues apparentées. Enfin, l’ouroum présente un intérêt à la fois ethnographique (il s’agit d’un dialecte périphérique du turc anatolien parlé par une communauté grecque orthodoxe) et linguistique (parlé en isolation du turc depuis l’émigration des locuteurs en Géorgie il y a 200 ans).

Les langues kiptchak prévues dans l’enseignement proposé sont représentées par le bachkir, le le karatchaï-balkar et le karaïm, avec moins d’un million de locuteurs natifs chacun. Il s’agit de la branche la plus riche des langues turciques. Le bachkir, parlée dans la région de la Volga, peu connue en Occident, est remarquable pour avoir développé, malgré ses traits communs avec le tatar, un consonantisme spécifique et pour avoir préservé une grande partie de lexique d’industries traditionnelles hérité. Le karatchaï-balkar a été depuis presque mille ans parlé en contact étroit avec les langues indigènes du Caucase et présente des phénomènes linguistiques à la fois archaïques et innovés. Un intérêt particulier est suscité par le karaïm, une langue des pratiquants d’une branche de judaïsme qui se trouvent aujourd’hui principalement en Ukraine, en Pologne et en Lituanie.

L’enseignement prévoit aussi une étude des langues turciques minoritaires « périphériques », historiquement soit mixtes, soit isolées du reste de la famille, d’où leur intérêt, à savoir le kirghiz, le touvain, le khaladj, le yakoute et le tchouvache. Le kirghiz est à la base une langue du type « sibérien », qui, à cause d’un contact fort avec les langues kitpchaks suite à l’immigration des tribus kirghizes en Asie centrale, n’a préservé sa structure d’origine que sous forme d’un substrat. Le touvain est la langue turcique moderne la plus importante du point de vue de la culture bouddhiste, à laquelle appartiennent la plupart de ses locuteurs. La particularité du khaladj, parlé en Iran, est la préservation de plusieurs traits archaïques, surtout au niveau phonologique, ce qui aide les chercheurs à mieux comprendre l’évolution de l’ensemble de la famille. Le yakoute, la langue turcique la plus septentrionale, présente des archaïsmes, y compris ceux trouvés en khaladj, mais aussi des innovations entraînées par le contact avec les langues indigènes d’Asie du nord-est. Le tchouvache, dont l’ancêtre s’est détaché du turcique commun au début de notre ère, a connu un développement très particulier, caractérisé non seulement par plusieurs vagues de changements phonologiques mais aussi par une restructuration morphologique sous l’influence de son voisinage linguistique.

Contenu du cours :

Le cours propose une introduction générale aux systèmes phonologiques, morphologiques et syntaxiques des langues turciques, suivie d’un aperçu de leurs classification génétique. À l’intérieur de celles-ci, des langues rares et/ou typologiquement intéressantes seront présentées (approche fondée sur un corpus de textes avec des matériaux supplémentaires couvrant la grammaire fondamentale). Les participants seront guidés pour développer des compétences afin d’analyser les textes morphologiquement et syntaxiquement.

Tout public, pas de prérequis (connaissance de base d’une langue turcique quelconque serait un atout).

Bibliographie :

Dolatkhah, Sohrab. Qashqai Turkic: A Comprehensive Corpus-based Grammar. Lincom Studies in Asian Linguistics 91. Munich : Lincom, 2019.

Eker, Süer and et Çelik Şavk, Ülkü, éds., Tehlikedeki Türk Dilleri: Kuramsal ve genel yaklaşımlar / Endangered Turkic Languages: Theoretical and general approaches. Ankara : International Turkic Academy et Astana : International Turkish-Kazakh University, 2016

Jankowski, Henryk. « Karaim and Krymchak ». In : Lily Kahn & Aaron D. Rubin. Handbook of Jewish Languages. Leiden / Boston : Brill, 2009, pp. 452-489.

Johanson, Lars et Csató, Éva Á., éds., The Turkic Languages. New York : Routledge, 1998.

Landmann, Angelika. La série Kurzgrammatik. Wiesbaden : Harrassowitz, 2009-2017 (aperçus de grammaires turciques : azéri, bachkir, kirghiz, tchouvache, tuvain, turkmène, yakoute).

Les autres sources (ex. les descriptions grammaticales, les manuels, etc.) étant toutes en russe, l’enseignant en fournira des comptes-rendus et des versions adaptées en français.