Les langues du Caucase

Langues du Caucase – Murad Suleymanov (coordinateur)

Les enseignants :

  • Anton Antonov (INaLCO, CRLAO)
  • Gilles Authier (EPHE-PSL, UMR 7192)
  • Ayten Babaliyeva (Université franco-azerbaïdjanaise)
  • Oleg Belyaev (Université d’État de Moscou, Institut de linguistique de l’Académie des sciences de Russie)
  • Hélène Gérardin (INaLCO, SeDyL)
  • Steven Kaye (Université de Surrey, SMG)
  • Jérémy Pasquereau (Université de Poitiers)
  • Monika Rind-Pawlowski (Université Goethe de Francfort)
  • Gasangusen Sulaibanov (EPHE-PSL, UMR 7192)
  • Murad Suleymanov (EPHE-PSL, UMR 7192)
  • Jesse Wichers-Schreur (Université Goethe de Francfort, EPHE-PSL)

34,5 heures (premier semestre), 33 heures (deuxième semestre), les lundis et les vendredis, de 15h30 à 17h00.

Les cours seront donnés en format « hybride » (site Raspail, salle à confirmer) et en visioconférence (pour certaines séances). Le lien de connexion sera transmis par le coordinateur.

Premier cours le 15 octobre 2021

Les séances auront lieu aux dates suivantes.

Langues du Caucase 1

  • vendredi 15 octobre : Introduction générale (Authier, en présentiel)
  • lundi 18 octobre : ossète (Belyaev, en visioconférence)
  • vendredi 22 octobre : ossète (Belyaev, en visioconférence)
  • lundi 25 octobre : talychi (Kaye, en visioconférence)
  • vendredi 29 octobre : talychi (Kaye, en visioconférence)
  • lundi 8 novembre : koumyk (Suleymanov, en présentiel)
  • vendredi 12 novembre : koumyk (Suleymanov, en présentiel)
  • lundi 15 novembre : lezgui (Babaliyeva, en visioconférence)
  • vendredi 19 novembre : lezgui (Babaliyeva, en visioconférence)
  • lundi 22 novembre : avar (Authier, en présentiel)
  • vendredi 26 novembre avar (Authier, en présentiel)
  • lundi 30 novembre : karata (Pasquereau, en visioconférence)
  • vendredi 3 décembre : karata (Pasquereau, en visioconférence)
  • lundi 6 décembre : dargui (Sulaibanov, en présentiel)
  • vendredi 10 décembre : dargui (Sulaibanov, en présentiel)
  • lundi 13 décembre : khinaloug (Rind-Pawlowski, en visioconférence)
  • vendredi 17 décembre : khinaloug (Rind-Pawlowski, en visioconférence)
  • lundi 10 janvier : bats (Wichers-Schreur, en visioconférence)
  • vendredi 14 janvier : bats (Wichers-Schreur, en visioconférence)
  • lundi 17 janvier : zane (Gérardin, en visioconférence)
  • vendredi 21 janvier : zane (Gérardin, en visioconférence)
  • lundi 24 janvier : abkhaz (Antonov, en présentiel)
  • vendredi 28 janvier : abkhaz (Antonov, en présentiel)

Langues du Caucase 2

  • lundi 7 février : ossète (Belyaev, en visioconférence)
  • vendredi 11 février : ossète (Belyaev, en visioconférence)
  • lundi 14 février : talychi (Kaye, en visioconférence)
  • vendredi 18 février : talychi (Kaye, en visioconférence)
  • lundi 21 février : koumyk (Suleymanov, en présentiel)
  • vendredi 25 février : koumyk (Suleymanov, en présentiel)
  • lundi 14 mars : avar (Authier, en présentiel)
  • vendredi 18 mars : avar (Authier, en présentiel)
  • lundi 21 mars : lezgui (Babaliyeva, en présentiel)
  • vendredi 25 mars : lezgui (Babaliyeva, en présentiel)
  • lundi 28 mars : karata (Pasquereau, en visioconférence)
  • vendredi 1 avril : karata (Pasquereau, en visioconférence)
  • lundi 4 avril : dargui (Sulaibanov, en présentiel)
  • vendredi 8 avril : dargui (Sulaibanov, en présentiel)
  • lundi 11 avril : khinaloug (Rind-Pawlowski, en visioconférence)
  • vendredi 15 avril : khinaloug (Rind-Pawlowski, en visioconférence)
  • lundi 9 mai : bats (Wichers-Schreur, en visioconférence)
  • vendredi 13 mai : bats (Wichers-Schreur, en visioconférence)
  • lundi 16 mai : zane (Gérardin, en visioconférence)
  • vendredi 20 mai : zane (Gérardin, en visioconférence)
  • lundi 23 mai : abkhaz (Antonov, en présentiel)
  • vendredi 27 mai : abkhaz (Antonov, en présentiel)

Présentation

Le Caucase est connu comme l’une des régions linguistiquement les plus hétérogènes et diverses en Eurasie, sa superficie de 450 000 km2 abritant trois familles de langues autochtones, à savoir la famille caucasique de l’ouest (≈5 langues), la famille caucasique de l’est (≈40 langues) et la famille caucasique du sud (4 langues), ainsi que deux familles non-autochtones : la famille indo-européenne (6 langues) et la famille turcique (≈6 langues).

Les deux formations, intitulées « Langues du Caucase 1 » (au premier semestre) et « Langues du Caucase 2 » (au deuxième semestre), seront divisées en 11 modules, chacun consacré à une langue, lors desquels les participants acquerront des connaissances de base sur les systèmes phonologique, morphologique et syntaxique de chaque langue :

  • abkhaze (Antonov), abkh1244, langue caucasique de l’ouest
  • avar (Authier), avar1256, langue caucasique de l’est, branche avar
  • bats (Wichers-Schreur), bats1242, langue caucasique de l’est, branche nakh
  • dargui (Sulaibanov), sout3261, langue caucasique de l’est, branche dargui
  • karata (Pasquereau), kara1474, langue caucasique de l’est, branche andique
  • khinaloug (Rind-Pawlowski), khin1240, langue caucasique de l’est, branche khinaloug
  • koumyk (Suleymanov), kumy1244, langue turcique
  • lezgui (Babaliyeva), lezg1247, langue caucasique de l’est, branche lezguique
  • ossète (Belyaev), osse1245, langue iranienne de l’est
  • talychi (Kaye), nort2639, langue iranienne du nord-ouest
  • zane (Gérardin), zann1245, continuum dialectal caucasique du sud

Les langues du Caucase étant très différentes du point de vue grammatical et sans intercompréhension, non seulement au sein d’une même famille mais aussi au sein d’une même branche et souvent même sous-branche, les 11 langues proposées ont été choisies de manière à représenter tous les grands phylums afin de donner un aperçu relativement complet de l’aire linguistique en question. Cette sélection permet aussi d’observer la variation grammaticale des langues de la région, comprenant à la fois des langues ergatives (caucasique de l’ouest, caucasique du l’est), des langues nominatives (turcique, tat), une langue en transition du type ergativité scindée vers le type nominatif (talychi), et enfin, une langue présentant diverses scissions au sein de l’ergativité (zane).

Contenu du cours

Les séances seront organisées comme des mini-ateliers (deux séances de 1h30 par langue), où les participants, après une petite introduction, pourront explorer les langues en lisant et en analysant des textes élémentaires et mettre en œuvre les compétences acquises avec l’assistance de l’enseignant.

La formation du deuxième semestre servira à approfondir les connaissances des langues étudiées au premier semestre avec des tâches plus avancées. Les deux formations sont proposées séparément afin de laisser aux participants le choix de se limiter à l’initiation du premier semestre.

Pour les langues standardisées et pourvues d’un système d’écriture, comme l’abkhaze et le koumyk, les textes seront pris des sources publiées. Pour les langues à tradition orale, comme le karata, le bats, le khinaloug et zane, les textes seront tirés des corpus recueillis par les enseignants auprès des locuteurs natifs dans le cadre de leurs recherches.

L’avar, avec moins d’un million de locuteurs, est la langue caucasique de l’est la plus parlée et l’une des langues qui sert historiquement pour maintenir une communication interethnique. Sa répartition géographique et son rôle sociolinguistique ont contribué à une régularisation de sa structure grammaticale, ce qui ferait de l’avar un bon point de départ pour l’étude des langues autochtones du Caucase.

Le dargui est un groupe de langues parlées au cœur du Daghestan. Le dialecte abordé dans le cadre de cette formation relève de l’aire méridionale de ce groupe et est parlé près de Koubatchi, village de forgerons et d’orfèvres, qui perpétuent cette tradition depuis l’époque médiévale.

Le karata est une langue caucasique de l’est de la branche andique, à tradition orale et parlée dans quelques villages d’une vallée près de la limite entre la Tchétchénie et le Daghestan. Les langues andiques sont phonologiquement les plus riches des langues caucasiques de l’est, leurs systèmes phonologiques reflétant vraisemblablement le mieux celui de la protolangue.

Parlé dans un seul village d’Azerbaïdjan, dans le foyer le plus haut du pays et à la marge méridionale de l’aire des langues autochtones du Caucase, le khinaloug est une langue caucasique de l’est appartenant à une branche dont il est le membre unique. Malgré l’influence des langues de la branche lezgique, le khinaloug montre un caractère archaïsant qui permet de le comparer avec les langues parlée beaucoup plus au nord.

Le lezgui, le membre le plus significatif de la branche lezguique de la famille caucasique de l’est, est parlé des deux côtés de la frontière russo-azerbaïdjanaise. Ayant pu garder quelques traits archaïques de sa famille, cette langue a aussi connu une simplification très importante de son système phonologique ainsi que de son système verbal.

Le bats représente la branche nakh de la famille caucasique de l’est, dont les deux autres représentants (et ceux qui sont le plus connus) sont le tchétchène et l’ingouche. L’intérêt du bats, isolé géographiquement depuis au moins le XIIe siècle des langues qui lui sont apparentées, réside dans son caractère archaïque, dans sa tradition linguistique purement orale et dans les phénomènes de contacts issus de son voisinage avec les langues kartvéliennes.

L’abkhaze, comme toutes les langues de la famille caucasique de l’ouest, est typologiquement connu pour son inventaire phonologique comprenant seulement 2 voyelles, contre 58 consonnes (allant jusqu’à 67 dans certains dialectes), l’un des plus riches au monde, ainsi que du caractère polysynthétique de sa morphologie, permettant de former des mots qui ne peuvent se traduire dans les langues européennes que par des phrases entières.

Le zane est un continuum dialectal appartenant à la famille caucasique du sud (ou kartvélienne) et comprenant le mingrélien et le laze avec tout leur spectre de dialectes et de parlers. Le zane présente un intérêt particulier du fait de la richesse de son système verbal, qui intègre un nombre particulièrement abondant de catégories, telles que la personne, un système très développé de TAME (temps-aspect-mode-évidentialité), mais aussi la valence, la voix, la transitivité, et un éventail fourni de préverbes exprimant des relations spatiales et déictiques très variées. Le zane est également intéressant pour les phénomènes de contact qu’il présente avec des langues non-apparentées (caucasique de l’ouest, grec, arménien, turcique).

Le koumyk est l’une des langues turciques parlées dans la région. Il a été depuis presque mille ans parlé en contact étroit avec les langues autochtones du Caucase, servant de langue de communication entre les habitants des plaines daghestanaises et ceux des montagnes. En tant que langue turcique, le koumyk possède un caractère individuel, montrant des phénomènes linguistiques à la fois archaïques et innovants.

L’ossète, langue iranienne parlée en Russie et en Géorgie, a depuis longtemps fasciné les indoeuropéanistes du fait qu’elle présente un exemple d’adaptation d’un système morphologique et syntaxique typiquement indo-européen au système très différent des langues caucasiques (notamment kartvéliennes) suite à une cohabitation de plusieurs siècles. Un autre élément pertinent pour l’étude est son isolement géographique : les langues les plus apparentées à l’ossète sont parlées très loin du Caucase, à la frontière afghane.

En fin, le talychi, parlé au sud de l’Azerbaïdjan, revêt un intérêt particulier pour cette formation en tant qu’une des rares langues du Caucase à clitiques personnels. Il est aussi parmi les rares langues iraniennes en train de perdre la distinction marquée entre la base verbale du présent et celle du passé, qui est l’un des traits morphologiques les plus typiques des langues iraniennes.

Le cours s’adapte à tout public.

Bibliographie

Viacheslav A. CHIRIKBA. Abkhaz. Lincom Europa, 2000

Georges CHARACHIDZE. Grammaire de la langue avar. Paris : Jean-Favard, 1981

Nikolaj DMITRIEV. Grammatika kumykskogo jazyka [Grammaire du koumyk]. Moscou : Izd-vo AN SSSR, 1940

Martin HASPELMATH. A Grammar of Lezgian. Berlin : de Gruyter, 1993

Boris MILLER. Talyšskij jazyk [Le talychi]. Moscou : Izd. Akademii nauk SSSR, 1953

(données de terrain pour les langues peu décrites)