Le tupi ancien

Introduction au tupi ancien, langue amérindienne des régions côtières du Brésil colonial (1500–1700), et à la sous-famille des langues tupi-guarani – Denis Bertet (DDL)

4 heures : cette introduction prendra la forme de deux conférences de 2 h, le lundi 27 septembre 2021 et le jeudi 30 septembre 2021, de 14h00 à 16h00.

Les deux conférences seront données en visioconférence. Le lien de connexion sera transmis par l’enseignant aux personnes inscrites.

Présentation

Le tupi ancien, aussi appelé tupinambá (tupi1273), est la langue que parlaient la majeure partie des groupes amérindiens habitant aux XVIe et XVIIe siècles les régions côtières de l’actuel Brésil. C’est donc en tupi ancien que s’exprimaient la plupart des Amérindiens que rencontrèrent les Portugais qui trafiquèrent puis s’établirent à l’époque dans la région. Les éphémères aventures coloniales des Français (France antarctique et France équinoxiale) et des Néerlandais au Brésil se firent de même en pays de langue tupi ancien.

Les premiers colons portugais prenaient le plus souvent pour femmes des Amérindiennes, de sorte que leurs propres enfants apprirent naturellement de leurs mères le tupi ancien. Et c’est ainsi que cette langue amérindienne (et non pas le portugais) s’imposa bientôt comme grande langue véhiculaire (ou « langue générale ») des colonies portugaises du Brésil, au moment même où le nombre d’Amérindiens locuteurs de la langue déclinait rapidement sous l’effet des nouvelles maladies apportées d’Europe et des conflits armés. De fait, la quasi-totalité des textes en tupi ancien qui nous ont été transmis sont l’oeuvre non pas de locuteurs indigènes, mais de membres non indigènes de la société coloniale, et en particulier de missionnaires jésuites d’origine européenne comme José de Anchieta. Ce n’est en réalité que dans le courant du XIXe siècle que le portugais finira par supplanter les descendants véhiculaires du tupi ancien pour occuper pleinement sa fonction actuelle de langue nationale du Brésil !

Mais le tupi ancien et ses descendants aujourd’hui presque entièrement désaffectés n’en ont pas moins laissé une marque profonde et omniprésente sur le portugais et la toponymie du Brésil actuel. En français même, des mots comme « jaguar », « piranha », « sagouin », « topinambour », « acajou », ou encore « maracas », viennent du tupi ancien.

Le tupi ancien a donné son nom à la grande famille de langues à laquelle il appartient, dite famille tupi. Il appartient précisément, à l’intérieur de la famille tupi, à la sous-famille dite tupi-guarani. En plus du tupi ancien, la sous-famille tupi-guarani comprend notamment le guarani paraguayen, langue officielle du Paraguay (aux côtés de l’espagnol) parlée par 6 à 7 millions de personnes.

Contenu des conférences 

Dans cette double conférence tout public, nous retracerons brièvement l’histoire surprenante du tupi ancien avant d’en évoquer les principales caractéristiques linguistiques en procédant à l’analyse suivie d’un texte original dans la langue. Nous montrerons par ailleurs comment et pourquoi le tupi ancien peut constituer une excellente introduction à la famille de langues à laquelle il appartient, dite famille tupi-guarani, dont beaucoup de membres (notamment le guarani paraguayen) sont toujours bien vivants. Nous terminerons en évoquant la postérité du tupi ancien, une langue qui, bien qu’aujourd’hui éteinte, n’en reste pas moins présente dans notre monde actuel sous la forme de vestiges non négligeables.

Bibliographie

En anglais :

MOORE, Denny, 2014, « Historical Development of Nheengatu (Língua Geral Amazônica) », in Salikoko S. MUFWENE (dir.), Iberian Imperialism and Language Evolution in Latin America, University of Chicago Press, chapitre 4, pp.108-142

En français :

DE CASTELNAU L’ESTOILE, Charlotte, 2015, « “En raison des Conquêtes, de la Religion et du Commerce” : l’invention de la langue générale dans le Brésil du XVIe siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, vol. 45, n°1, pp.77-98

MERET, Géraldine, 2014, « La “Harangue faicte au Roy par Itapoucou” : un discours politique en langue tupi (France, XVIIe) », Corpus, vol. 4, n°2

VIDAL, Laurent, 2000, « La présence française dans le Brésil colonial au XVIe siècle », Cahiers des Amériques latines, n°34

En portugais :

NAVARRO, Eduardo de Almeida, 2001, « A literatura de viagem e sua contribuição para o conhecimento da língua tupi. Jean de Léry, Claude d’Abbeville e Yves d’Evreux », Philologus, n°19, pp.15-29

NAVARRO, Eduardo de Almeida, 2014, « As primeiras traduções do Brasil: As fontes quinhentistas e seiscentistas para o conhecimento dos índios brasileiros e da língua tupi », Revista do IHGSP, n°98, pp.23-46

NAVARRO, Eduardo de Almeida et Edgard TESSUTO JÚNIOR, 2016, « Breve história da língua tupi », Metalinguagens, n°5, pp.25-35

RODRIGUES, Aryon Dall’Igna, 1996, « As línguas gerais sul-americanas », PAPIA: Revista Brasileira de Estudos Crioulos e Similares, vol. 4, n°2, pp.6-18

RODRIGUES, Aryon Dall’Igna, 2011, « Esboço de uma introdução ao estudo da língua Tupí », Revista Brasileira De Linguística Antropológica, vol. 3, n°1, pp.31-44

RODRIGUES, Aryon Dall’Igna, 2011, « Análise morfológica de um texto tupi », Revista Brasileira De Linguística Antropológica, vol. 3, n°1, pp.45-62